L'OSCE pointe "xénophobie" et partialité des médias lors des élections en Hongrie

09/04/18 à 19:02 - Mise à jour à 19:17

Source: Belga

(Belga) La capacité des électeurs hongrois à voter aux législatives de dimanche en toute connaissance de cause a été entravée par la "rhétorique xénophobe" ambiante et la "partialité des médias" qui ont réduit le débat politique, ont déclaré lundi des observateurs de l'OSCE.

"Les électeurs avaient un large éventail d'options politiques, mais la rhétorique intimidante et xénophobe, les parti-pris médiatiques et le financement opaque des campagnes ont réduit l'espace pour un véritable débat politique", indique dans son rapport l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). Cette situation a "empêché les électeurs de faire un choix en toute connaissance de cause", ajoute l'organisation, qui avait déployé dans le pays des observateurs internationaux, comme elle le fait pour de nombreux scrutins. Les opérations de vote ont été "professionnelles et transparentes", les droits et libertés fondamentaux ont été "respectés dans l'ensemble, mais exercés dans un climat défavorable", selon l'OSCE. L'accès à l'information, tout comme la liberté des médias et des associations ont été "restreints", explique encore le communiqué en constatant le "chevauchement généralisé entre les ressources de l'Etat et celles du parti au pouvoir". La couverture médiatique du scrutin a été large, mais très polarisée et dépourvue d'analyse critique, la radiotélévision publique "ayant clairement favorisé la coalition au pouvoir". Le Premier ministre conservateur, Viktor Orban, a décroché dimanche un troisième mandat consécutif, son parti Fidesz ayant remporté près de la moitié des suffrages. Le gouvernement du dirigeant de 54 ans est régulièrement accusé de museler les médias en soumettant le service public à un contrôle éditorial étroit et en favorisant le rachat de médias indépendants par des hommes d'affaires alliés du pouvoir. (Belga)

Nos partenaires