L'Open VLD veut bien négocier, mais pas seulement sur le communautaire

17/01/11 à 19:27 - Mise à jour à 19:27

Source: Le Vif

Le parti d'Alexander De Croo, l'Open VLD qui avait provoqué les élections anticipées qui ont mené à la crise politique que l'on connaît aujourd'hui, a affirmé lors de sa réception de nouvel an, qu'il accepterait, si on le lui demandait, de participer aux négociations, mais qu'il exigerait qu'elles ne portent pas uniquement sur le communautaire.

L'Open VLD veut bien négocier, mais pas seulement sur le communautaire

© Belga

L'Open Vld est disposé à participer à la recherche d'une solution pour sortir de l'impasse politique mais pas à n'importe quel prix. Les libéraux flamands veulent qu'à côté des discussions communautaires, l'on traite également des problèmes socio-économiques et budgétaires, de la sécurité, de l'emploi et des pensions. "Si on nous demande, nous mettrons ces sujets sur la table", a dit le président Alexander De Croo lundi à l'occasion de la réception de nouvel an de son parti.

M. De Croo a dit constater que de plus en plus de citoyens en "ont marre du théâtre" des sept derniers mois et appellent les sept partis qui négociaient jusqu'à présent à se mettre sérieusement au travail. "Arrêtez de penser toujours aux prochaines élections et pensez enfin aux générations futures", a-t-il lancé. Pour les libéraux flamands, une réforme de l'Etat efficace et pas seulement basée sur des symboles est importante mais elle ne résoudra pas tout. "Pour nous, il n'importe pas seulement de savoir quel niveau de pouvoir détient quelle compétence mais avant tout comment il la gère", a souligné M. De Croo.

Le président a aussi critiqué le gouvernement flamand "qui demande plus de compétences mais ne fait pas de choix". L'équipe CD&V/N-VA/sp.a "fait un peu d'économies partout" et "n'est d'accord que sur un point: l'augmentation des impôts qui pèse sur le travail des Flamands, même ceux qui ont des bas revenus", a-t-il regretté, faisant allusion à la suppression de la diminution forfaitaire du précompte professionnel (jobkorting). "Le CD&V et la N-VA demandent-ils l'autonomie fiscale pour augmenter les impôts?" s'est demandé M. De Croo.

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires