L'Onu déplore les morts et appelle l'Iran au respect des droits de l'Homme

02/01/18 à 19:23 - Mise à jour à 19:25

Source: Belga

(Belga) Le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, "regrette les morts" rapportées en Iran, pays secoué par des manifestations, et demande que "les droits à se rassembler pacifiquement et à l'expression du peuple iranien soient respectés", a déclaré mardi un porte-parole.

"Le secrétaire général suit attentivement les informations sur les manifestations dans plusieurs villes en Iran. Nous regrettons les pertes de vie rapportées et espérons que la violence à l'avenir sera évitée", a affirmé ce porte-parole, Farhan Aziz Haq, lors du point de presse quotidien de l'Onu. Il répondait à une question lui demandant quelle était la position d'Antonio Guterres sur ces manifestations et leur répression. "Nous espérons que les droits à se rassembler pacifiquement et à l'expression du peuple iranien seront respectés", a ajouté le porte-parole, en démentant que le patron de l'Onu ait tardé à réagir aux manifestations survenues en Iran. Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a brisé mardi son silence et accusé les "ennemis" de l'Iran de porter atteinte au régime, au sixième jour d'un mouvement de contestation marqué par des violences meurtrières et des centaines d'arrestations. Au total, 21 personnes - dont neuf dans la nuit de lundi à mardi - ont été tuées depuis le début le 28 décembre à Machhad (nord-est) de rassemblements contre les difficultés économiques et le pouvoir, qui se sont rapidement propagés à l'ensemble de l'Iran. Le Canada a aussi demandé mardi aux "autorités iraniennes à faire respecter les droits démocratiques" et s'est dit "encouragé de voir le peuple iranien exercer son droit fondamental de manifester pacifiquement". Les autorités canadiennes ont également assuré qu'elles continueront "de soutenir les droits fondamentaux des Iraniens, y compris la liberté d'expression". La France a aussi exprimé "sa préoccupation face au nombre important des victimes et des arrestations", tandis que le président américain Donald Trump a dénoncé le régime iranien. (Belga)

Nos partenaires