L'OLP entame les étapes de désengagement avec le gouvernement israélien

04/02/18 à 06:16 - Mise à jour à 06:17

Source: Belga

(Belga) Le Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a ouvert samedi la voie à une suspension de la reconnaissance d'Israël mais s'est abstenu d'en ordonner une application immédiate. Si elle était appliquée, cette mesure drastique remettrait en cause l'un des principes fondateurs de l'effort de paix, déjà très mal en point avec les Israéliens.

Après une réunion de trois heures, le Comité exécutif de l'OLP a annoncé la mise en place d'une commission chargée d'étudier cette question. Il a exhorté samedi le président palestinien Mahmoud Abbas à "commencer immédiatement à préparer (...) les projets pour les étapes de désengagement avec le gouvernement israélien d'occupation, aux niveaux politique, administratif, économique et sécuritaire". Le Comité se réunissait pour la première fois depuis que le conseil central de l'OLP, un autre organe de cette organisation internationalement reconnue comme la représentante de tous les Palestiniens, a voté le mois dernier en faveur de la suspension de la reconnaissance d'Israël. Les dirigeants palestiniens ont fermement condamné la décision annoncée le 6 décembre par le président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël. Les Palestiniens voient dans la décision américaine, en rupture avec des décennies de diplomatie internationale, un déni de leur revendications sur Jérusalem-Est annexée et occupée. Mais elle est aussi, à leurs yeux, la manifestation la plus flagrante du parti pris pro-israélien de la Maison Blanche. Le mois dernier, le conseil central de l'OLP avait chargé le Comité exécutif de l'OLP de suspendre la reconnaissance d'Israël jusqu'à ce que ce pays "reconnaisse l'Etat de Palestine dans ses frontières de 1967, annule l'annexion de Jérusalem-Est et cesse ses activités de colonisation". Le Comité exécutif, dirigé par M. Abbas, est la seule instance habilitée à prendre les décisions engageant les Palestiniens dans le cadre du processus de paix avec Israël. Sur le terrain, l'armée israélienne a abattu un adolescent palestinien lors d'une opération menée dans le village de Bourkine, en Cisjordanie occupée. Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que le jeune homme était âgé de 19 ans. Selon l'hôpital de Djénine, il a été tué d'une balle dans la tête. Environ 200 Palestiniens jetaient des pierres contre des véhicules militaires israéliens quand un tir a retenti, a déclaré un journaliste de Reuters sur place. Une personne blessée a alors été transportée dans un véhicule. Une porte-parole militaire a déclaré que des affrontements avaient éclaté pendant l'opération et que l'armée avait utilisé des moyens de dispersion non létaux avant d'ouvrir le feu à balles réelles sur les 'principaux instigateurs'. Elle a ajouté que la victime avait grimpé sur un véhicule militaire, dont elle a ouvert la porte avant d'être abattue. Meurtre d'un rabbin L'armée israélienne cherchait des suspects impliqués dans le meurtre d'un rabbin près d'une colonie israélienne située non loin de là le 9 janvier. Le mois dernier, un homme armé palestinien, membre présumé du mouvement islamiste Hamas, soupçonné d'appartenir à la cellule responsable de l'embuscade qui a coûté la vie à ce rabbin a été abattu par les forces israéliennes à Djénine. L'armée n'a pas précisé si elle avait arrêté son suspect durant le raid de samedi. (Belga)

Nos partenaires