L'oeuvre de la semaine: le regard le plus intense de l'histoire de la peinture

29/08/15 à 11:27 - Mise à jour à 11:27

Source: Le Vif/l'express

C'est le musée des Beaux-Arts de Gand qui possède un des portraits les plus intenses de l'histoire de la peinture.

L'oeuvre de la semaine: le regard le plus intense de l'histoire de la peinture

La Salpétrière © La Salpétrière - 1893 - Tome VI - planche XXX - Gand. Musée du Dr Ghislain

Le musée des Beaux-Arts de Gand possède un des portraits les plus intenses de l'histoire de la peinture. A la demande du Docteur Georget qui travaille au début du XIXe siècle à l'hôpital de la Salpetrière à Paris, Théodore Géricault pénètre dans l'univers des marginalisés de la société. On les appelle des monomaniaques. Des fous. Des exclus dont l'univers, à l'heure du romantisme, n'est pas très éloigné de celui de l'artiste solitaire et farouche qui à cette époque renonce aux commandes officielles pour la singularité de l'introversion. Entre art et document, ces portraits, initiés depuis l'Angleterre, sont extrêmement troublants parce que dans l'art romantique, les thèmes saturnies comme l'autoportrait donnent aussi à voir la "folie" du créateur... Dans le portrait dit "La Folle" signé Géricault (musée de Gand), rien dans le vêtement (la camisole par exemple) ou la gestuelle ne désigne une maladie. Demeure les yeux. Ce sont ces yeux, avec leur intensité intérieure qui ne jugent ni ne craignent, qu'on retrouve dans cette photographie issue du catalogue Tome VI, planche XXXX édité par la Salpetrière en 1983. Si la peinture, par sa manière, ses choix chromatiques et son dessin conduisent souvent le spectateur vers une époque précise, il n'en n'est rien avec cette photographie. On aurait pu la prendre aujourd'hui. Et sans aucun doute, dans la rue autant que dans une institution pourvu que le sujet soit libre de toute forme d'assujettissements aux codes de la représentation. Et donc libre. Fou. Le document fait partie d'une vaste exposition traitant du travail des photographes en milieu psychiatrique de 1865 à nos jours.

Nos partenaires