L'oeuvre de la semaine : l'énigmatique K.W.

23/05/15 à 10:07 - Mise à jour à 10:07

Source: Le Vif

Le mur de Berlin vient à peine d'être détruit que sur les marchés de brocante de la ville apparait une multitude d'objets, vêtements et raretés amenées par des marchands venus des pays de l'Est.

L'oeuvre de la semaine : l'énigmatique K.W.

© Guy Gilsoul

Sur l'un des étals, parmi un ensemble de céramiques aux allures de constructivisme, un journaliste français tombe sur deux collages signés "K.W.". Intrigué, il questionne le vendeur qui évoque un lointain cousin de Dresde, Karl Waldmann, ayant fui avec sa femme russe et depuis disparu semble-t-il dans un camp de travail. Il n'en saura pas davantage et l'énigme demeure entière malgré de nombreuses enquêtes et un large appel paru dans le "Monde diplomatique" en 2005.

En effet, ce ne sont pas moins de 1200 oeuvres réalisées dans le plus grand secret qui vont être ainsi mises au jour. Elles auraient été réalisées entre les années 1930 et 50 et porte en elles une pratique et une esthétique évocatrice des collages et photomontages du constructivisme international. On songe aux structures de Schwitters, parois à Lissitzky alors que les sujets renvoient aux cris de révolte de Heartfield ou Hausmann.

Pris entre deux maux, KW s'attaque autant aux dictatures de Staline qu'à celles d'Hitler. Ainsi cette image construite sur la page de couverture d'un magazine d'époque intitulé Berlin Rome Tokyo, l'axe qui s'opposait aux alliés. Par-dessus, il fixe, à l'envers, un portrait d'Hitler qui tient, dans ses mains une immense seringue dont l'aiguille vise le dessin d'une très jeune-fille en robe de nuit. La peur de se voir inoculé un poison se lit sur son visage. Le message est clair.

Mais qui est ce créateur dont on ne trouve aucune trace nulle part, qui ne semble jamais avoir exposé et n'est toujours pas identifié avec certitude ? "Un fou" avait déclaré le brocanteur.

Bruxelles, Galerie Polar. 108, chaussée de Waterloo. Jusqu'au 29 août. Je-Sa 14-19h. www.pascalpolar.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires