L'OCAM confirme le niveau 3 de la menace, l'enquête se poursuit

19/03/16 à 11:19 - Mise à jour à 13:21

Source: Belga

L'OCAM a confirmé le niveau 3 de la menace en Belgique, a indiqué samedi le Premier ministre à l'issue d'un conseil national de sécurité réunissant les principaux ministres du gouvernement ainsi que ceux en charge des compétences de sécurité. Celui-ci s'est penché sur les dernières conclusions de l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace après l'arrestation de Salah Abdeslam.

L'OCAM confirme le niveau 3 de la menace, l'enquête se poursuit

© AFP

Le niveau 3 est lié à une menace possible et vraisemblable. "Cela n'est pas banal, cela veut dire qu'il faut rester vigilant", a commenté le chef du gouvernement.

Charles Michel a souligné que les importantes perquisitions menées ces derniers jours et qui ont fini par déboucher sur l'arrestation de Salah Abdeslam n'étaient "pas le fruit du hasard". De trois cents à quatre cents enquêteurs belges sont mobilisés en permanence depuis les attentats de Paris. Lors de la perquisition de Forest mardi, les forces de sécurité ne s'attendaient pas à faire face à des hommes lourdement armés et certainement pas à croiser le chemin de Salah Abdeslam mais ces devoirs d'enquête étaient bien réalisés en lien avec les attentats de Paris. De nombreuses cellules existent, certaines directement liées aux attentats, d'autres actives dans le grand banditisme ou la criminalité. Les renseignements de la police scientifique ont permis de mener l'opération à Molenbeek vendredi. Et celle-ci a débouché sur l'arrestation de Salah Abdeslam.

Félicitant les services d'enquête et de renseignement, le Premier ministre a une nouvelle fois fait le lien avec les décisions politiques prises ces derniers mois par le gouvernement fédéral en termes de renforcement des moyens juridiques et d'équipements (300 millions d'euros d'initiatives déjà affectés).

Il a également une nouvelle fois souligné l'importance de la coopération judiciaire entre la Belgique et la France. Vendredi soir, le président français François Hollande a appelé les autorités belges à extrader le plus rapidement possible Salah Abdeslam. Charles Michel a répété qu'il n'y avait "pas d'objection politique" à un telle demande. Les autorités judiciaires belges se sont également déjà prononcées en ce sens. "Les procédures d'extradition seront pleinement respectées conformément aux règles de droit. Selon le consentement ou pas (de Salah Abdeslam et son avocat), elles peuvent durer plusieurs semaines", a toutefois précisé Charles Michel. Le mandat d'arrêt européen permet déjà de faciliter et d'accélérer les procédures.

Vendredi, "nous avons peut-être gagné une bataille importante pour la démocratie mais il faut bien mesurer que nous n'avons pas encore gagné la guerre", a commenté le Premier ministre belge.

Nos partenaires