L'interdiction simple du plastic peut mener à un sac shift, répond Marghem

22/06/16 à 18:40 - Mise à jour à 18:40

Source: Belga

(Belga) "Une interdiction simple (du sac plastique) peut mener à une utilisation abusive de sacs, en particulier en papier. Evitons un sac shift", a réagi mercredi la ministre fédérale de l'Environnement Marie Christine Marghem après des critiques de ses collègues régionaux sur son projet d'instauration d'un prix minimum.

L'interdiction simple du plastic peut mener à un sac shift, répond Marghem

L'interdiction simple du plastic peut mener à un sac shift, répond Marghem © BELGA

Les propositions de la ministre Marghem visent à uniformiser la législation en la matière sur tout le territoire belge, souligne-t-elle. Elles comprennent un prix minimum pour les sacs de caisse (plastique, papier et autres) et une interdiction pour les sacs plastique de moins de 50 microns "non home compostables" (sauf sacs primaires) conformément à la directive européenne 2015/720. "L'idée d'un prix minimum a été évoquée lors de la table ronde, avec notamment les Régions, organisée par la ministre Marghem le 26 avril 2016", soutient la ministre MR en réaction à une prise de positon de sa collègue flamande Joke Schauvliege. "Un prix dissuasif pour les sacs de caisse est une réponse appropriée à la prise en compte de la valeur de ces ressources naturelles. Une interdiction simple peut mener à une utilisation abusive de sacs, en particulier en papier. Evitons un sac shift", a-t-elle conclu. (Belga)

Nos partenaires