L'insolence en sourdine au MR liégeois

31/10/15 à 11:48 - Mise à jour à 11:47

Source: Le Vif/l'express

Discret, le MR liégeois après les actions syndicales du 19 octobre dernier.

L'insolence en sourdine au MR liégeois

© BELGA/Nicolas Lambert

A Liège, l'Hôtel de Ville s'appelle La Violette. Un signe pour les bleus du cru: leur sortie de l'opposition, en 2018, ne pourra passer que par une alliance avec les rouges, incontournables. Cela pousse moins à la confrontation qu'à la conciliation.

Au dernier conseil communal de la Cité ardente, lundi 26 octobre, un réformateur, Michel Péters a, lui, voulu embarrasser la majorité PS-CDH. Il ne sera parvenu qu'à énerver ses camarades du MR. Il espérait de son groupe politique qu'il propose à l'assemblée une motion condamnant les actions syndicales de la semaine précédente en région liégeoise.

Ce n'était pas médiatiquement inopportun: le PS local s'en serait trouvé mal pris, contraint de choisir entre un air du temps largement antisyndical et une solidarité de classe avec une organisation-soeur. Mais c'était politiquement suicidaire. Les libéraux liégeois (et jusqu'au ministre Daniel Bacquelaine...) ont préservé le PS de cet inconfort, en faisant ravaler à Michel Péters son insolente idée.

Au MR, la violette espérance est sauve, mais son ardeur est fanée.

En savoir plus sur:

Nos partenaires