L'informateur De Wever achève ses entretiens par... Olivier Maingain

28/05/14 à 20:48 - Mise à jour à 20:48

Source: Le Vif

L'informateur royal, Bart De Wever, a clos mercredi ses entretiens, tant avec les présidents des partis flamands qu'avec les présidents des partis francophones, a-t-il annoncé dans un communiqué. Une "phase de contacts plus discrets" va s'ouvrir, a-t-il annoncé dans un communiqué.

L'informateur De Wever achève ses entretiens par... Olivier Maingain

© Belga

L'informateur utilisera le long week-end qui commence "pour se consacrer à ses tâches en toute tranquilité". M. De Wever ne fera aucune communication à propos de ces contacts. Il est également demandé aux interlocuteurs de rester discrets, précise le communiqué. Aucun agenda ne sera rendu public.

Après cette phase de contacts discrets, l'informateur fera rapport de ses avancées au Roi. Selon le communiqué envoyé mardi par le Palais, ce rapport aura lieu mardi prochain.

Brève entrevue Maingain-De Wever La presse attendait en particulier la rencontre avec le dernier invité de Bart De Wever, Olivier Maingain, quelques mots de sa part et une poignée de main avec le patron des nationalistes flamands. Le président des FDF a préféré entrer et sortir loin des photographes et des caméras. L'entretien n'aura guère duré plus d'un quart d'heure.

L'entretien s'est déroulé "sereinement et poliment mais sans débordement de sympathie", a par la suite expliqué M. Maingain à l'agence BELGA. "Je suis allé à l'essentiel et je ne me suis pas étendu davantage. Sa conception de la gestion du pays n'est pas la nôtre", a-t-il ajouté.

Le président des FDF a rappelé les priorités de son parti en matière socio-économique et de son souhait d'un "stop institutionnel".

M. Maingain n'a jamais fait mystère de l'impossibilité qu'il y avait, à ses yeux, à gouverner avec la N-VA. Il l'a répété à M. De Wever. "J'ai parlé des majorités souhaitées, et il ne s'y trouve certainement pas une combinaison avec la N-VA", a-t-il encore dit.

Si le président des FDF n'a pas voulu s'afficher devant la presse, c'est pour ne pas "ajouter à la notoriété" de M. De Wever déjà considérable en Flandre, a-t-il affirmé.

En savoir plus sur:

Nos partenaires