L'informateur Charles Michel poursuit sa mission

04/07/14 à 15:32 - Mise à jour à 15:32

Source: Le Vif

L'informateur royal Charles Michel a fait rapport au roi vendredi sur "l'avancement de sa mission visant à examiner les formules possibles en vue de former un gouvernement", a communiqué le Palais.

L'informateur Charles Michel poursuit sa mission

© Image Globe

"Sur proposition de l'informateur, le Roi l'a chargé de poursuivre ses travaux et de lui faire rapport le lundi 14 juillet 2014", a fait savoir le chef de l'Etat. Charles Michel a été désigné informateur vendredi dernier, le 27 juin, afin d'examiner les "formules possibles en vue de former un gouvernement", deux jours après que l'ex-informateur Bart De Wever eut rendu son tablier après avoir échoué dans sa tentative de jeter les bases d'une majorité de centre-droit. Durant une semaine, Charles Michel a consulté les partenaires sociaux, le Premier ministre sortant, les présidents des principaux partis politiques du pays et les représentants d'un certain nombre d'organes partenaires de l'autorité fédérale. Il a officiellement été surtout question de la situation socio-économique du pays et de la manière dont chacun envisageait de répondre aux différents enjeux. L'informateur a également testé avec les présidents de parti différentes formules de coalition possibles. M. Michel a aussi eu, durant la semaine écoulée, un certain nombre de contacts informels.

Le cdH avait enterré la perspective d'une coalition de centre-droit voulue par la N-VA et appuyée par le CD&V. Vendredi, l'économiste Etienne de Callataÿ, qui est passé, durant sa carrière, par des cabinets sociaux-chrétiens (l'ex-premier ministre Jean-Luc Dehaene, le ministre des Finances Jean-Jacques Viseur) a relativisé, dans Matin Première (RTBF) ce refus cdH. "Il faudra patienter un peu", a-t-il estimé. Selon l'économiste en chef et administrateur-délégué de la banque Degroof, "la note de Bart De Wever n'avait rien de scandaleux par rapport à ce qui se fait dans d'autres pays". Le cdH a cependant répété régulièrement ces derniers jours que la piste d'une alliance avec la N-VA n'avait aucune chance d'aboutir, à la fois pour des raisons de confiance et de fond.

Toutes les autres pistes de coalition restent d'actualité, y compris celle voyant le MR intégrer le gouvernement comme seul partenaire francophone. Il est cependant difficile de savoir si cette piste vit réellement au Mouvement réformateur qui se refuse à tout commentaire depuis que l'informateur a débuté sa mission.

La situation reste complexe et le Palais, qui se voulait pressant au lendemain des élections, n'appelle plus à avancer selon un rythme rapide. Il n'enferme pas non plus l'informateur dans un calendrier. Ce dernier poursuivra durant le week-end un certain nombre de contacts informels avec tous les présidents des principaux partis, de façon intensive, cela dans le prolongement de ce qu'il a fait jusqu'ici. Cela donne le sentiment qu'il ne progresse guère à ce stade, pourtant, il y a des "lignes qui bougent", assure une source. Dans l'entourage de l'informateur, on se refusait à commenter l'évolution de la mission. On souhaite privilégier la discrétion.

Nos partenaires