L'homme abattu sur l'A8 était suspecté de terrorisme

27/03/13 à 07:22 - Mise à jour à 07:22

Source: Le Vif

B. H., un Algérien âgé de trente ans abattu, mardi après-midi, sur l'autoroute A8, était suspecté d'appartenir à des groupements terroristes, a confirmé Wenke Roggen, la porte-parole du parquet fédéral, lors d'une conférence de presse mardi soir.

L'homme abattu sur l'A8 était suspecté de terrorisme

© Image Globe

Une femme a par la suite été interpellée à Anderlecht dans le cadre de ce dossier. Elle sera auditionnée en soirée. Fin 2012, le parquet fédéral a exécuté deux commissions rogatoires envoyées par les autorités françaises concernant B.H., suspecté par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) d'appartenir à une association de malfaiteurs à des fins terroristes.

L'enquête a permis de démontrer que l'homme achetait du matériel militaire et divers accessoires pour armes, comme des vêtements en kevlar ou des viseurs longue distance. Elle a également mis en évidence un lien entre le suspect et un vol à main armé, commis dans un restaurant anderlechtois, le 21 mars. Huit armes avaient alors été volées et deux coups de feu tirés.

L'interpellation de B.H. a été décidée après avoir reçu l'information qu'il préparait un fait répréhensible. L'homme a été tué lors d'une course-poursuite sur l'A8.

Trois perquisitions ont été effectuées après la fusillade. Un chien explosif a déniché une armoire qui paraissait piégée au domicile du suspect, rue de la Courtoisie, à Anderlecht. Le quartier a été évacué. Du matériel paramilitaire, de nombreuses armes, des munitions et explosifs ont été découverts. L'étalage de cet arsenal sera visible, mercredi, à la police judiciaire fédérale.

En savoir plus sur:

Nos partenaires