L'épreuve de vérité du MR

22/04/14 à 10:24 - Mise à jour à 10:24

Source: Le Vif

Au-delà de la langue de bois, que pensent vraiment les partis francophones ? Le Vif/L'Express leur a soumis trente affirmations claires rédigées par la rédaction. Le Mouvement réformateur de Charles Michel, qui s'est vu attribuer le dossard n°1 pour le triple scrutin 25 mai, entame notre tour d'horizon. Pour vous aider à voter !

L'épreuve de vérité du MR

© Belga Image

Social

Il faut augmenter à terme l'âge de départ à la pension : DEFAVORABLE

Sur les 2 dernières années, le taux d'emploi des personnes âgées de 55 à 64 ans est passé de 38,7% à 41,6% (troisième trimestre 2013). Il faut poursuivre les efforts pour relever l'âge effectif du départ à la retraite (59,3 ans en Belgique et en France, 61,7 ans en Allemagne et 62,8 ans aux Pays-Bas). Amener chacun à travailler jusque 65 ans serait donc déjà un progrès de taille et contribuerait à garantir le financement des pensions futures. Pour le MR, il n'est pas question de toucher à l'âge légal de la retraite à 65 ans.

Il faut revoir la norme de croissance du budget des soins de santé : FAVORABLE

Nous voulons garantir la qualité de nos soins de santé c'est-à-dire son degré d'accessibilité quels que soient les revenus des patients, son équité dans la participation de chacun dans le coût des soins, son efficience et la garantie du libre choix tant pour les patients que pour les prestataires. Il n'en reste pas moins que cet objectif doit concilier efficacité et gestion optimale. C'est la raison pour laquelle nous soutenons une fixation de la norme de croissance en tenant compte de l'évolution des dépenses réelles.

Il faut remettre en question l'exclusion annoncée et dénoncée par la FGTB de quelque 50.000 chômeurs au 1er janvier 2015 :DEFAVORABLE

Le MR déplore l'attitude de certains partis politiques, qui à l'approche des élections, remettent en cause un texte voté quelques semaines auparavant. Le MR n'est pas favorable à la remise en question d'une décision prise dans le cadre de l'accord de gouvernement. Décision prise en concertation avec les partis membres du gouvernement Di Rupo et les partenaires sociaux. La réforme est l'occasion de mettre en place des plans d'activation pour les personnes concernées et de revenir au caractère assurantiel du système d'allocation de chômage.

Il faut limiter les allocations de chômage dans le temps (deux ou trois ans) avec un accompagnement intensif : DEFAVORABLE

Le MR n'est pas en faveur d'une limitation dans le temps des allocations de chômage pour la simple et bonne raison qu'il ne s'agirait que d'un transfert d'une caisse à une autre. En quittant le système de chômage, les personnes continueraient à percevoir le Revenu d'Intégration Sociale.

Nous pensons en revanche qu'il est préférable d'insister sur deux axes. D'une part, la mise en place d'un accompagnement personnalisé au profil du demandeur d'emploi. Et d'autre part, la remise au travail des chômeurs de longue durée afin de les insérer dans la vie active.

Il faut modifier les critères d'obtention des allocations familiales : FAVORABLE

La sixième réforme de l'Etat a désormais fait glisser cette matière dans le giron des entités fédérées. La Réforme insère les allocations familiales dans la liste des matières personnalisables protégées par la Constitution (art. 23) et transfère la compétence en la matière au plus tôt le 1er janvier 2016 et au plus tard le 31 décembre 2019. Partant, ce sera désormais à la région dans laquelle l'enfant est domicilié de lui verser son allocation. Pendant la période transitoire, l'Etat fédéral continuera à assurer la charge administrative et le paiement.

Bien que transféré, ce régime des allocations familiales doit assurer la continuité du système actuel et continuer impérativement à couvrir les besoins fondamentaux des enfants.

Pour le MR, il faut tendre progressivement vers l'égalité du montant de l'allocation octroyée à chaque enfant : la différence dans le montant de l'allocation selon la place de l'enfant dans la fratrie (son rang) n'est plus justifiée. C'est pourquoi, dans l'enveloppe budgétaire disponible, le MR est favorable à l'égalité du montant de l'allocation octroyée à chaque enfant quelle que soit la composition de la famille. Ces nouveaux montants ne seront toutefois applicables qu'aux naissances suivant l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions légales et à l'exclusion des enfants bénéficiant d'un régime d'allocations majorées (enfants porteurs d'un handicap, orphelins, etc.).

Fiscalité

Il faut une grande réforme fiscale diminuant les charges sur le travail en les compensant par d'autres impôts : DEFAVORABLE

Le MR plaide pour une réforme ambitieuse de baisse de la pression fiscale, en particulier sur les bas, les moyens salaires et les PME afin de ramener notre pays dans la moyenne européenne tout en créant plus de 100.000 emplois. C'est la manière la plus efficace de créer de l'emploi et d'assurer ainsi la pérennité de notre sécurité sociale.

Vu la pression fiscale globale dans notre pays, qui est parmi les plus élevée au monde, une réforme fiscale efficace ne peut pas être compensée par une hausse d'autres impôts. On ne peut pas donner d'une main et reprendre de l'autre !

Il faut un impôt ambitieux sur les grandes fortunes : DEFAVORABLE

Ce système provoque une fuite des capitaux et donc, une baisse des recettes fiscales. Le système d'imposition à l'impôt des personnes physiques prévoit déjà que les personnes ayant les revenus les plus élevés sont plus taxées.

Il faut prévoir une façon de taxer l'épargne pour encourager la réinsertion de cet argent dans l'économie : DEFAVORABLE

Il ne faut pas taxer davantage. Au contraire, notre réforme fiscale soutient les entrepreneurs et investisseurs et prévoit, par exemple, de faibles taux de donation et succession lorsque le bénéficiaire veut investir dans l'économie réelle. L'épargne des Belges finance aussi l'économie via les prêts bancaires.

Il faut augmenter la TVA sur les produits de luxe : FAVORABLE

Le MR n'est pas opposé à une TVA supérieure sur les produits de luxe. Mais celle-ci doit être décidée au niveau européen. Si cette taxe rapport de nouvelles recettes fiscales, elle peut participer à baisser la TVA sur d'autres produits de première nécessite : l'énergie, les légumes... Plus qu'augmenter la TVA sur les produits de luxe, il est essentiel de garantir des différences de taux substantiels entre ces beines de luxe et les produits de première de nécessité.

Il faut mettre en oeuvre la taxe kilométrique : DEFAVORABLE

Le MR est opposé à une augmentation de la fiscalité automobile qui sera un piège à l'emploi pour nombreux travailleurs. En effet, cela alourdirait les charges de déplacements pour les travailleurs. La priorité est la disponibilité et la qualité de transports publics dans les villes comme dans les zones rurales.

Bonne gouvernance

Il faut prévoir une limitation du salaire des CEO dans le privé ou à tout le moins un encadrement de l'écart salarial DEFAVORABLE

Concernant ce volet, nous pensons qu'il n'est pas de notre ressort d'intervenir dans le privé.

Néanmoins, nous pensons qu'il incombe d'abord au secteur public de montrer l'exemple. C'est pourquoi, à l'initiative du MR, les hauts salaires dans les entreprises publiques ne peuvent excéder celui du premier ministre. Il n'était pas acceptable moralement et éthiquement, qu'un patron d'une entreprise publique, qui reçoit donc de l'argent du contribuable, touche un salaire 10 fois plus élevé que celui du premier ministre. Dans le même esprit, le MR plaide pour la transparence des rémunérations des dirigeants d'intercommunales ou autres organismes parapublics.

n'est pas acceptable moralement et éthiquement, qu'un patron d'une entreprise publique, qui reçoit donc de l'argent du contribuable, touche un salaire 10 fois plus élevé que celui du premier ministren'est pas acceptable moralement et éthiquement, qu'un patron d'une entreprise publique, qui reçoit donc de l'argent du contribuable, touche un salaire 10 fois plus élevé que celui du premier ministren'est pas acceptable moralement et éthiquement, qu'un patron d'une entreprise publique, qui reçoit donc de l'argent du contribuable, touche un salaire 10 fois plus élevé que celui du premier ministre

Il faut fixer un plafond aux bonus des banques : FAVORABLE

Il est d'ailleurs prévu de limiter la partie des variables des salaires des cadres dans les institutions bancaires.

Il faut réduire le salaire des ministres et parlementaires : DEFAVORABLE

Les salaires des parlementaires et des ministres sont raisonnables et similaires à ceux des pays voisins. Les régimes de pensions et d'indemnités de départ des parlementaires étaient en revanche excessifs mais ils ont été réformés en profondeur au cours des deux dernières années et les montants ont été fortement réduits. Un salaire décent pour un parlementaire ou un ministre doit lui assurer une indépendance financière et donc une neutralité face aux lobbies. Il est essentiel aussi d'attirer l'ensemble des citoyens belges vers la fonction politique. Cela passe forcément par une rémunération qui permette d'interrompre une carrière professionnelle. Sans cela, le parlement ne serait composé que de gens très riches ou de fonctionnaires, ce qui ne reflète pas la diversité de la population.

Il faut obtenir la circonscription fédérale lors de la prochaine législature : FAVORABLE

La circonscription fédérale peut améliorer le dialogue entre communautés et combler un certain déficit démocratique fédéral en permettant aux citoyens de voter pour des candidats issus de toutes les communautés linguistiques du pays.

Il faut permettre le tirage au sort de groupes citoyens pour consultation sur certains dossiers sensibles : FAVORABLE

Le MR est ouvert aux propositions qui visent à redynamiser la vie politique et la citoyenneté. Le tirage au sort des citoyens, qui fonctionne bien dans le pouvoir judiciaire avec le jury d'assise, pourrait être partiellement étendu au pouvoir législatif.

Environnement

Il faut prévoir la fermeture complète de toutes les centrales nucléaires à un délai plus rapproché : DEFAVORABLE

Pour le MR, 3 piliers composent une politique énergétique moderne et pragmatique : le prix de l'énergie, le développement durable et la sécurité d'approvisionnement. Dans ce cadre, il est impossible de se passer du nucléaire à court-terme sans engendrer des risques de pénurie d'énergie et d'importantes hausses de prix comme celles que nous connaissons suite au dérapage du coût du photovoltaïque. Il faut donc prévoir une sortie progressive du nucléaire. Le MR propose donc d'ajourner de 10 ans le démantèlement des centrales nucléaires (comme cela a déjà été décidé par ce gouvernement pour Tihange 1) et assurer un monitoring permanent de l'impact de la sortie du nucléaire sur l'évolution de la sécurité d'approvisionnement et les prix de l'électricité.

Il faut des primes pour isoler 100% des habitations d'ici 10 ans : FAVORABLE

Le MR est extrêmement favorable aux primes à l'isolation et est partisan de les intensifier. Mais ces primes doivent être financées par une réorientation des subsides octroyés pour financer d'autres primes " vertes ". Nous pensons que l'isolation de l'habitation devrait être une condition pour prétendre bénéficier d'autres primes conduisant à l'économie d'énergie. Nous déplorons le saupoudrage pratiqué par le gouvernement Olivier et le dérapage budgétaire qui en a résulté dans la politique de soutien à l'industrie photovoltaïque. Nous ne désirons pas fixer des objectifs dans le temps car c'est au citoyen et à lui seul que revient le choix d'isoler son habitation.

Il faut investir massivement dans la production d'énergies renouvelables pour assurer notre autonomie énergétique : FAVORABLE

Le MR souhaite le développement d'énergies renouvelables, accessibles et sûres afin de contribuer à l'autonomie énergétique de nos régions. Cependant, cette politique doit préalablement passer par une révision au soutien actuel aux énergies renouvelables pour éviter un nouveau dérapage financier à charge des citoyens et des entreprises comme celui provoqué par le gouvernement wallon.

Il faut installer 1000 éoliennes sur le sol wallon, le long des autoroutes : DEFAVORABLE

Le MR est favorable à l'implantation d'éoliennes mais pas en tout lieu et en nombre excessif. Le MR veut privilégier les filières les plus efficientes sans faire porter le coût de celles-ci sur la facture des citoyens, via le mécanisme des certificats verts.

Il faut des taxes douanières pour encourager la consommation de produits belges : FAVORABLE

Nous ne sommes pas opposés à l'application d'un multiplicateur fiscal pour les produits importés dont les conditions de production violent les normes internationales, notamment sociales, dans l'unique but de pouvoir pratiquer des prix significativement plus bas.

Institutionnel

Il faut entamer les discussions au Sénat avec les partis flamands pour anticiper une septième réforme de l'Etat : DEFAVORABLE

La 6ème réforme de l'Etat doit encore sortir tous ses effets au niveau des Entités fédérées. Il est totalement prématuré d'envisager une 7ème réforme de l'Etat. La seule réforme profonde pour laquelle le MR plaide est une réforme fiscale et socio-économique.

Il faut un Ministre-Président distinct pour la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles : DEFAVORABLE

Avoir le même Ministre-Président dans ces deux entités permet de renforcer la cohérence des politiques menées du côté francophone et d'effectuer des économies en frais de fonctionnement.

Il faut régionaliser l'enseignement : DEFAVORABLE

La priorité concernant l'enseignement dot être concentrée sur le renforcement de la qualité de l'école, la construction de nouveaux établissement et le développement d'une école en lien avec l'entreprise afin de pousser les jeunes vers l'excellence et l'emploi.

Il faut préparer activement une Fédération Wallonie-Bruxelles en cas d'indépendance de la Flandre : DEFAVORABLE

L'indépendance de la Flandre n'est pas à l'ordre du jour. Il est cependant essentiel d'optimaliser l'efficacité du fonctionnement de la fédération Wallonie-Bruxelles. Aujourd'hui son fonctionnement technocratique la handicape dans ses ambitions.

Il faut transformer la Monarchie pour limiter ses pouvoirs (fin de la signature royale, etc.) : DEFAVORABLE

Le Roi n'a pas de pouvoir en Belgique : tous ses actes doivent être contresignés par un ministre qui, par cela, s'en rend seul responsable. Nous vivons depuis toujours dans une Monarchie protocolaire. Le Roi n'a d'influence que lorsqu'il faut former un gouvernement et la crise de 2010-2011 a démontré que ce rôle de médiateur impartial est bénéfique pour le pays.

Immigration

Il faut obtenir la régularisation de tous les Afghans, Syriens et autres populations directement menacées : DEFAVORABLE

On ne régularise pas sur base de la nationalité. La procédure actuelle qui veut que chaque dossier soit examiné au cas par cas sur base individuelle sans tenir compte de la nationalité est la meilleure garantie pour un examen approfondi des dossiers.

Il faut renforcer le parcours d'intégration francophone : FAVORABLE

Plus qu'accueillir, il est essentiel d'intégrer. Depuis 2004, le MR réclame la mise en place d'un parcours d'intégration obligatoire en Wallonie et à Bruxelles pour tous les primo-arrivants hors UE et EEE comportant l'apprentissage de la langue, l'orientation sociale, l'insertion socio-professionnelle, la sensibilisation aux règles de droit et aux coutumes générales. A ce titre, nous regrettons le caractère a minima du parcours d'accueil instauré à Bruxelles et en Wallonie où la présentation au guichet d'accueil est obligatoire...

Trouver sa place dans la société ne peut se faire qu'au prix d'efforts, d'apprentissages et de respect des valeurs. Le parcours d'intégration doit se voir comme un tremplin social permettant à tous les étrangers de trouver un emploi et de bénéficier, comme pour leurs descendants, de l'ascenseur social.Le primo arrivant a des droits mais aussi des devoirs. Le parcours d'intégration fait partie de ces devoirs et le premier facteur d'intégration c'est la maîtrise de la langue.

Il faut revoir le durcissement de l'accès à la nationalité belge :DEFAVORABLE

La loi du 4 décembre 2012 a profondément modifié notre code de la nationalité. Ce nouveau code met en avant des critères d'intégration notamment la connaissance d'une des langues nationales et la participation économique dans notre pays pour justifier l'octroi de la nationalité. Il est important de noter que dorénavant la nationalité n'est plus considérée comme un outil à l'intégration mais comme un aboutissement, comme le couronnement d'une intégration réussie.

Il faut intensifier l'immigration économique en lien avec les emplois inoccupés : DEFAVORABLE

Avec la 6e réforme de l'Etat, l'immigration économique est devenue une compétence régionale. Elle est fermée depuis 1974 sauf sous certaines conditions, notamment pour les métiers en pénurie dont les régions établissent les listes.

Il est nécessaire d'envisager l'immigration économique pour les métiers en pénurie qui pourraient enfin être comblés par des ressortissants étrangers venant du monde entier.

Nous estimons qu'avec un taux de chômage aussi élevé que celui que nous connaissons aujourd'hui, il n'est pas raisonnable d'intensifier l'immigration économique pour l'instant.

Il faut une charte de la laïcité à l'école : FAVORABLE

L'école est le vecteur et le garant du socle des valeurs communes. Il ne saurait dès lors être question, dans l'enseignement officiel, de transiger sur l'obligation de neutralité et sur l'interdiction du port des signes convictionnels, tant pour les élèves que pour les professeurs. L'école doit rester un lieu de neutralité et d'égalité pour chaque enfant. Seule la laïcité est garante de ce système et du vivre ensemble. Par ailleurs, toute dérogation au contenu des programmes scolaires et au respect du principe de mixité dans l'enceinte scolaire doit être exclue d'emblée. Le MR milite depuis de nombreuses années pour l'introductiond'un cours commun de philosophie et d'histoire culturelle des religions.

En savoir plus sur:

Nos partenaires