L'entreprise Jésus & frère, la thèse qui secoue les fondations du christianisme

25/12/15 à 10:54 - Mise à jour à 12:29

Selon l'historien Simon Claude Mimouni, Jésus a lui-même fondé une communauté urbaine à Jérusalem, entreprise qui va redémarrer après sa mort sous l'impulsion de son frère Jacques. Une thèse qui rompt avec la théologie des Actes des apôtres.

A Jérusalem, la mort infâmante de Jésus sur la croix a jeté le désarroi parmi ses disciples. Les propos désabusés que l'auteur de l'Evangile selon Luc prête aux disciples d'Emmaüs traduisent leur état d'esprit : "Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël..." (Lc 24,19). Les exégètes ont tendance à considérer que Jésus n'aurait été qu'un épisode sans lendemain, un échec parmi d'autres dans l'histoire des mouvements prophétiques ou messianiques de l'époque, si un phénomène exceptionnel ne s'était pas produit dans l'esprit des disciples : l'exaltation et la résurrection de leur Maître. C'est la croyance fondatrice de ce qui deviendra le christianisme. Jésus assume ainsi une destinée semblable à celle des prophètes souffrants et persécutés, modèles qui ne manquent pas dans la tradition judéenne. Dans ce cas, le "génie" du christianisme est un inconnu : on ne sait pas qui, parmi les proches du crucifié, a eu le premier l'idée de donner à croire qu'il a été "revivifié", pour employer le langage de l'époque.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires