L'EI a repris le contrôle "quasi total" de la ville stratégique de Boukamal

11/11/17 à 14:18 - Mise à jour à 14:19

Source: Belga

(Belga) Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont repris le contrôle "quasi-total" de Boukamal, acculant les forces du régime et leurs alliés à la périphérie de cette ville stratégique dans l'est syrien, a rapporté samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'armée syrienne avait annoncé jeudi avoir conquis Boukamal, la dernière ville qui restait aux mains de l'EI en Syrie. Mais les djihadistes avaient réussi le lendemain à reprendre le contrôle de près de 50% de la ville, à la faveur d'une violente contre-offensive. L'EI "a repris le contrôle quasi-total de Boukamal, acculant les forces alliées au régime aux périphéries sud et est de la ville, après une contre-offensive et des embuscades" des djihadistes, a indiqué samedi le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. L'offensive du régime syrien à Boukamal, ville située près de la frontière avec l'Irak, est menée notamment par des miliciens irakiens, des combattants du Hezbollah libanais et des Gardiens de la Révolution iraniens, selon l'OSDH. M. Abdel Rahmane a indiqué que l'EI avait fait croire aux forces pro-régime qu'elles avaient pris le contrôle de la ville pour ensuite pouvoir mieux les attaquer. "De violents combats se poursuivent aux périphéries est et sud", a-t-il indiqué, ajoutant que Boukamal était la cible de raids aériens intenses, sans toutefois être en mesure de préciser si ces frappes étaient menées par l'aviation russe ou irakienne. Ces derniers jours, les forces engagées contre l'EI de part et d'autre de la frontière syro-irakienne ont coordonné leurs actions. L'annonce de l'OSDH intervient alors que les forces irakiennes ont lancé samedi l'offensive sur la dernière poche djihadiste du pays, dans le désert occidental frontalier de la Syrie. En 2014, à l'issue d'une percée fulgurante, les jihadistes s'étaient emparés de près d'un tiers du territoire irakien et de près de la moitié de la Syrie voisine, et avaient proclamé un "califat" à cheval entre ces deux pays. Trois ans plus tard, l'EI a perdu quasiment tous les territoires dont il avait pris le contrôle. (Belga)

Nos partenaires