L'église de Gesù n'a toujours pas été évacuée

02/11/13 à 14:05 - Mise à jour à 14:05

Source: Le Vif

Les quelque 200 occupants de l'église du Gesù à Saint-Josse-ten-Node occupaient toujours les lieux samedi midi malgré la décision du bourgmestre Emir Kir d'en ordonner l'évacuation.

L'église de Gesù n'a toujours pas été évacuée

© Image Globe

Les quelque 200 occupants de l'église du Gesù à Saint-Josse-ten-Node occupaient toujours les lieux samedi midi malgré la décision du bourgmestre Emir Kir d'en ordonner l'évacuation., a-t-on appris auprès des avocats des occupants. Le bourgmestre de Saint-Josse-ten-Node ne s'est pas encore manifesté et n'était pas joignable.
Les occupants de l'ancien couvent avaient reçu l'ordre de quitter les lieux pour vendredi soir, pour des raisons de sécurité. L'expulsion a ensuite été postposée à ce samedi matin, à 6h, mais samedi midi, aucune expulsion n'avait eu lieu. Le Secrétaire d'Etat bruxellois au Logement Christos Doulkeridis avait demandé une réunion urgente avec le bourgmestre de Saint-Josse-ten-Node afin de trouver une solution pour reloger les 200 occupants mais cette réunion n'a pas encore eu lieu. Les avocats des occupants ont laissé entendre que ces derniers s'opposeront à leur expulsion, sans violence, jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée.

Le soutien du voisinage

Plus l'expulsion des 200 occupants de l'église du Gesù, à Saint-Josse-ten-Node, sera retardée et plus le nombre de riverains qui viennent soutenir les occupants seront nombreux, a déclaré
à l'agence Belga l'un des avocats de ces derniers, Me Jacques Wathelet.
Bien que le bourgmestre de Saint-Josse-ten-Node, Emir Kir, ait décidé jeudi d'ordonner l'évacuation de l'ancien couvent, les occupants n'avaient pas encore été délogés des lieux samedi midi.
Outre des questions de sécurité, le bourgmestre a également justifié sa décision par les troubles de voisinage à l'origine desquels se trouveraient les occupants de l'église du Gesù. "Cela ne semble pas vrai", souligne l'avocat. "Car à chaque réunion que nous tenons, de plus de plus de gens du voisinage viennent manifester leur soutien".

Les avocats attendent toujours une réponse du bourgmestre de Saint-Josse quant à leur demande d'autoriser les occupants à rester temporairement dans le bâtiment. Mais M. Kir ne s'est pas encore manifesté et n'était pas joignable

En savoir plus sur:

Nos partenaires