L'eau n'a jamais été aussi chère

17/01/12 à 06:25 - Mise à jour à 06:25

Source: Le Vif

Le prix de l'eau augmentera en 2012, tant en Wallonie qu'à Bruxelles. Une augmentation qui ne s'arrêtera pas dans les prochains mois, car les distributeurs n'ont pas encore répercuté la hausse de la taxe wallonne sur les captages d'eau, révèle mardi Sud Presse. Les tarifs de distribution de gaz et de l'électricité devraient eux par contre être gelés pour 2 ans.

L'eau n'a jamais été aussi chère

© Thinkstock

En Wallonie, les ménages qui sont raccordés au réseau de la SWDE (65% du territoire) paieront 413 euros (TVA comprise) pour avoir consommé 100 m3 en 2012, contre 399 euros l'an dernier (+ 3%).

A Bruxelles, la hausse des tarifs s'affichera à 2%. Quant à la hausse de la taxe wallonne sur les captages d'eau, les distributeurs n'ont pas encore pu la répercuter dans leurs nouveaux prix. "Le SPF Economie, qui contrôle les prix de l'eau, ne l'a pas accepté", explique Thierry Jehasse, de la SWDE. "Nous ne savons donc pas répercuter le coût réel de la distribution sur le consommateur. Pourtant, cette taxe engendre une charge supplémentaire de 10 à 11 millions d'euros. De plus, le budget pour moderniser le réseau va passer de 100 à 125 millions d'euros."

Les tarifs de distribution de gaz et de l'électricité gelés Alors que leur révision était prévue en juin, les tarifs de distribution de 2012, partie important de la facture de gaz et d'électricité, s'appliqueront en 2013, voire en 2014. Un gel qui ne profitera pas nécessairement aux consommateurs, écrit mardi Le Soir.

Les distributeurs de gaz et d'électricité sont normalement appelés à soumettre en juin prochain leurs propositions tarifaires pour les quatre prochaines années (2013-2016) à la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg). Mais d'après Le Soir, un accord se dessine en vue d'une prolongation des actuels tarifs quadriennaux. Sans révision aucune. Ce maintien durerait un an, peut-être deux.

Ce gel des tarifs a été discuté en décembre dernier entre le secrétaire d'Etat à l'Energie, Melchior Wathelet (cdH) et plusieurs dirigeants de la Creg lors d'une réunion. Les tarifs actuellement en vigueur pourraient être prolongés à la condition, posée par le régulateur, que tous les distributeurs ainsi que les régulateurs régionaux en fassent la demande. Entre-temps, la plupart des acteurs concernés auraient donné leur accord.

"Le risque est de voir les tarifs augmenter plus fortement en 2015 après ces deux années de prolongation", note toutefois un distributeur. Un gel qui risque de ne donc pas nécessairement profiter aux consommateurs.

LeVif.be avec Belga

Nos partenaires