L'attentat de Nice a empêché la reprise des activités touristiques à Bruxelles

31/08/16 à 18:33 - Mise à jour à 21:47

Source: Belga

La reprise du secteur touristique bruxellois a été empêchée par l'attentat de Nice de juillet dernier, indiquent visit.brussels, l'agence bruxelloise du tourisme, et la Brussels Hotels Association (BHA) dans un communiqué mercredi.

L'attentat de Nice a empêché la reprise des activités touristiques à Bruxelles

© Getty Images/iStockphoto

La fréquentation touristique s'était améliorée au début des vacances scolaires, avec une perte de 15% par rapport à 2015 (contre -44% juste après les attentats de Bruxelles). A la suite de l'attentat de Nice, les chiffres ont chuté et le début du mois d'août affiche même une perte de 30%.

"L'attentat de Nice a coupé court au redressement et la fin juillet fut à nouveau très négative pour le secteur, Tomorrowland ayant malgré tout permis de limiter la baisse", soulignent visit.brussels et la BHA. La fréquentation touristique a baissé de 30% au début du mois d'août. Seule la dernière semaine du mois affiche une légère amélioration, avec une baisse limitée à 10%, sûrement grâce à la vague de chaleur. Selon les chiffres provisoires, les taux d'occupation des hôtels bruxellois s'élevaient à 58,3% en juillet (-19,6% par rapport à 2015) et 54% en août (-27%). Rodolphe Van Weyenbergh, secrétaire général de la BHA, précise que "pour le mois d'août, la perte de chiffre d'affaire (...) s'établissait à plus de -28%". La BHA représente plus de 90% du secteur hôtelier à Bruxelles.

La fréquentation des musées et attractions a baissé de 29,6% en juillet. Ces chiffres tiennent toutefois compte de l'ouverture de deux attractions (Train World et le musée des Égouts) en 2015, ce qui pourrait influencer les résultats. Un point positif se dégage tout de même: la bonne fréquentation des Belges et surtout des Wallons des attractions bruxelloises. Pour la suite, les deux organisations prévoient une hausse des demandes de voyages d'affaires à partir de septembre. La situation restera toutefois difficile jusqu'à la fin de l'année, préviennent-elles. "La poursuite des efforts de promotion devrait permettre d'envisager une reprise en 2017".

Nos partenaires