L'athlétisme russe veut l'aide d'avocats étrangers pour attaquer l'IAAF devant le TAS

20/06/16 à 11:50 - Mise à jour à 11:50

Source: Belga

(Belga) La fédération russe d'athlétisme, (All-Russian Athletics Federation, ou ARAF) compte engager des avocats étrangers pour intenter un procès contre l'IAAF, la fédération internationale d'athlétisme, auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS), basé à Lausanne en Suisse. L'information a été divulguée lundi par Mikhail Butov, secrétaire général de l'ARAF, dans un entretien avec l'agence russe TASS.

L'athlétisme russe veut l'aide d'avocats étrangers pour attaquer l'IAAF devant le TAS

L'athlétisme russe veut l'aide d'avocats étrangers pour attaquer l'IAAF devant le TAS © BELGA

L'organe qui gère l'athlétisme en Russie compte ainsi protester contre sa suspension par l'IAAF, que l'instance mondiale a décidé de prolonger vendredi dernier. La principale conséquence concrète de cette décision est que les athlètes russes ne pourront en principe pas se présenter, ou en tout cas pas sous le drapeau de leur pays, aux Jeux Olympiques de Rio, à la suite des soupçons d'un vaste système de couverture (et même d'encouragement) du dopage dans cette importante nation sportive. Concernant la date à laquelle une procédure sera entamée auprès du TAS, "je ne pense pas que l'on doit se dépêcher", a précisé Butov lundi. "Le procès a une bonne base légale", a-t-il estimé. "Nous prendrons une décision lundi quant à l'identité de nos partenaires" dans cette affaire. Le principal regret de la Russie est que les soupçons de dopage organisé aient mené à une sanction collective, et non individuelle. Mikhail Butov, élu au Conseil de l'IAAF en août dernier, a également lui-même été suspendu de ses fonctions au sein de la fédération internationale à la suite de la décision de vendredi, tout comme tous les autres citoyens russes travaillant dans des comités, commissions et divers organes de l'IAAF. Cette suspension temporaire concerne aussi, par exemple, la perchiste Yelena Isinbayeva, élue comme membre de la commission des athlètes l'été dernier. Butov a indiqué lundi regretter amèrement ces suspensions temporaires sur base de la nationalité. "Oui, j'ai bien été nominé par l'ARAF pour le Conseil, mais actuellement, en tant que membre de ce Conseil, je ne représente pas la Russie, mais bien la fédération internationale", argue-t-il. "Ils m'avaient assuré en novembre dernier que le fait que l'ARAF soit privée de ses droits de membre n'affecterait pas mon activité au sein du Conseil de l'IAAF, mais visiblement leur position a changé. Cette initiative, de ce que j'en sais, ne vient d'ailleurs pas des membres du Conseil de l'IAAF, mais de représentants de la Taskforce de l'IAAF", a ajouté celui qui avait qualifié d'"injuste" la décision de vendredi, estimant qu'elle ne tenait pas compte des récents efforts implémentés. La décision finale au sujet de la participation des athlètes russes aux prochains JO devrait être annoncé mardi au sommet de CIO, à Lausanne. (Belga)

Nos partenaires