L'armée dans les rues d'Anvers dès samedi matin, affirme De Wever

16/01/15 à 17:48 - Mise à jour à 18:09

Source: Belga

Des militaires seront mobilisés dès samedi matin à Anvers pour des missions de surveillance dans le cadre du renforcement de la vigilance consécutif à la hausse du niveau d'alerte, a indiqué vendredi via son porte-parole le bourgmestre de la Métropole, Bart De Wever.

L'armée dans les rues d'Anvers dès samedi matin, affirme De Wever

/ © Belga

L'armée reprendra notamment une série de tâches qui étaient jusqu'à présent assurées par la police locale. Celle-ci pourra dès lors "à nouveau se concentrer sur ses missions de base, à savoir la lutte contre la criminalité". La Ville n'a pas précisé le nombre de militaires mobilisés ni détaillé leurs missions.

"La police peut assurer ce genre de tâches en cas de relèvement du niveau de la menace, mais pendant un certain temps seulement", indique le cabinet du bourgmestre.

Parmi les bâtiments constamment surveillés figurent le commissariat central, le palais de justice, l'ancien palais de justice, la cour d'appel et l'hôtel de ville. Dans les quartiers juif et des diamantaires, des patrouilles supplémentaires avaient déjà été mobilisées depuis les attentats de Paris.

Pas le scénario idéal mais la base juridique sera suffisante, selon la Défense

Le cabinet du ministre de la Défense, Steven Vandeput, a affirmé vendredi que le fondement juridique qui sous-tendra le déploiement de militaires pour la surveillance de lieux stratégiques sera assuré lorsque les soldats seront déployés. Le gouvernement a pris pour base de travail le protocole existant entre la Défense et l'Intérieur à ce sujet.

"Ce n'est pas le scénario idéal mais ce sera sûrement suffisant", a-t-on assuré au cabinet de M. Vandeput. L'adaptation devra encore passer au conseil des ministres et, à terme, la loi devra aussi être modifiée. Ce texte date de 1998 mais avait été adapté sous le gouvernement Verhofstadt.

Le déploiement de militaires pour assurer des missions de surveillance lorsque le niveau de sécurité passe à 3 est l'une des douze mesures approuvées vendredi en conseil des ministres. Un peloton de 150 hommes est prêt, a assuré le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon. Ces hommes seront mobilisés encore ce vendredi soir ou samedi matin, a indiqué de son côté le Premier ministre, Charles Michel.

La liste des endroits où les militaires seront déployés n'était pas encore arrêtée vendredi midi, lorsque le conseil des ministres a tenu sa conférence de presse. La concertation entre les deux départements était toujours en cours dans l'après-midi.

Bart De Wever, a néanmoins annoncé qu'une trentaine de para-commandos seraient à pied d'oeuvre dans sa ville samedi dès 07h00.

La surveillance des institutions européennes, de certains cabinets ministériels ou des ambassades de certains pays comme Israël recevront également le renfort des militaires.

Sécurité renforcée dans les aéroports

Les opérations anti-terroristes menées jeudi soir et le relèvement consécutif du niveau de menace à 3 sur une échelle de 4 ont également un impact sur les aéroports. Les mesures de sécurité existantes ont ainsi été renforcées à Liège Airport, sans pour autant qu'il soit question de nouvelles dispositions.

En tant qu'infrastructures stratégiques, les installations aéroportuaires font évidemment l'objet d'une attention particulière tout au long de l'année. L'opération anti-terroriste menée jeudi, ainsi que les événements survenus en France la semaine passée et des informations ayant percolé depuis lors, ont fait augmenter le niveau de vigilance.

"La direction de l'aéroport a été contactée par l'Ocam et le SPF Intérieur", explique Christian Delcourt, porte-parole de l'aéroport. "De nombreux intérêts étrangers sont présents sur notre site, notamment des intérêts israéliens. Une augmentation de la vigilance est dès lors de mise, notamment via une augmentation du nombre de patrouilles et des contrôles plus poussés."

Pour les passagers, les désagréments liés à cette situation devraient néanmoins rester négligeables. L'essentiel du trafic est actuellement accaparé par le fret, qui fait également l'objet de mesures de sécurité spéciales. "Tous les camions qui entrent sur le site sont complètement fouillés. L'accès aux pistes est également particulièrement surveillé", indique M. Delcourt. C'est également le cas pour les personnes disposant d'un des 20.000 badges d'accès à l'aéroport.

Contactés par l'agence Belga quant aux mesures de sécurité appliqués en leur sein, Brussels Airport et Brussels South Charleroi Airport ont renvoyé vers le cabinet du ministre de l'Intérieur Jan Jambon et le SPF Intérieur. Ceux-ci n'ont formulé aucun commentaire.

Les commissariats de Bruxelles et de Hal fermés la nuit

Après l'annonce de l'Ocam de relever le niveau de vigilance, la police bruxelloise et la police locale de Hal ont pris de nouvelles mesures de sécurité, ont annoncé vendredi les zones de police concernées.

Le commissariat de Hal sera, jusqu'à nouvel ordre, fermé entre 22h00 et 07h00. Une série de commissariats bruxellois fermeront leurs portes les week-ends et seront uniquement accessibles en semaine pendant les heures de bureau.

Les commissariats des rues de la Loi, du Houblon, de l'Hectolitre, de Livourne, Nicolay, du Wimpelberg, du Cortenbach, Louis Lepoutre, mais aussi ceux des avenues du Fusain, Houba de Strooper, Clovis, celui de la chaussée d'Ixelles ou encore celui de la place Flagey ne seront ouverts que pendant les horaires de bureau.

Trois commissariats de garde resteront toutefois accessibles 24 heures sur 24, il s'agit de ceux des rues du Collège et du Marché au Charbon et de celui de l'avenue Emile Bockstael.

Nos partenaires