L'ancien premier fonctionnaire de Mons lié au cartel de Sinaloa?

18/05/13 à 12:21 - Mise à jour à 12:21

Source: Le Vif

L'ex-bras droit d'Elio Di Rupo à la Ville de Mons Pierre Urbain, inculpé en mars dernier pour sa participation à une organisation criminelle, aurait entretenu des liens avec le cartel de la drogue de Sinaloa (Mexique), l'un des plus puissants au monde, relate samedi L'Echo.

L'ancien premier fonctionnaire de Mons lié au cartel de Sinaloa?

© Image Globe

Pierre Urbain a été inculpé le 14 mars pour participation à une organisation criminelle, abus de confiance et infractions à la loi sur l'intermédiation bancaire. Une semaine plus tard, il était suspendu de ses fonctions par le collège communal.

Selon L'Echo, M. Urbain aurait participé avec un ami d'affaires, le Brésilien Daniel Fernandes Rojo Filho, à des placements spéculatifs comparables à une pyramide "de Ponzi". L'ami du secrétaire communal, dont la holding DWB est bien connue des autorités américaines pour son implication dans diverses procédures judiciaires, figurerait selon l'Institute for Defense Analyses dans l'organigramme du cartel de Sinaloa, particulièrement actif dans l'évasion fiscale, le blanchiment, le trafic d'armes et de stupéfiants ou encore le kidnapping.

M. Urbain et ses deux complices belges également inculpés auraient rabattu des investisseurs crédules vers cette pyramide frauduleuse aux ramifications planétaires. L'ex-bras droit d'Elio Di Rupo et son ami seraient restés en contact direct jusqu'aux ennuis de ce dernier avec la justice américaine, durant l'été 2008, lorsque la Drug Enforcement Administration (DEA) découvre 80 millions d'euros sur des comptes suspects de la DWB, dans le cadre d'une enquête sur un trafic de drogue en Arizona.

La holding de M. Rojo Filho et ses filiales sont dès lors soupçonnées par les autorités américaines d'être le bras financier du cartel. L'enquête a déjà débouché sur plusieurs arrestations, dont celle d'un certain Pedro Benevides, vice-président d'une filiale de la DWB et soupçonné par l'IDA d'être l'alter ego de Daniel Fernandes Rojo Filho à la tête d'une branche très active du cartel.

En savoir plus sur:

Nos partenaires