L'ajustement budgétaire 2015 adopté au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

14/07/15 à 19:41 - Mise à jour à 19:41

Source: Belga

Le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté mardi les projets de décret contenant l'ajustement du budget des recettes et dépenses pour l'année budgétaire 2015. La détérioration du déficit à 240 millions d'euros, au lieu des 170 millions prévus au départ, a été une nouvelle fois déplorée par l'opposition.

L'ajustement budgétaire 2015 adopté au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Le Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles. © Image Globe

Le projet de décret sur l'ajustement des recettes a été adopté par 50 voix pour, 11 contre et 22 abstentions. Celui sur l'ajustement des dépenses a lui été voté majorité contre opposition.

L'accroissement du déficit de la Fédération est principalement lié à la dégradation de la croissance et de l'inflation, ce qui a entraîné une réduction des recettes de l'ordre de 193 millions d'euros (-2%).

Défendant un ajustement porteur de décisions "raisonnées et raisonnables", le gouvernement PS-cdH a prévu une réduction des dépenses d'environ 70 millions d'euros pour éviter de creuser le déficit. Les chefs de groupe des deux partis au parlement, Christiane Vienne (PS) et Marie-Martine Schyns (cdH), ont d'ailleurs souligné le travail accompli. "Le gouvernement a maintenu le cap hors du champ de l'austérité", a martelé Mme Schyns, tandis que Mme Vienne a déclaré à la tribune que "l'option politique prise dans cet ajustement est raisonnable et indolore".

De son côté, le MR n'a pas manqué de regretter, à nouveau, l'accentuation du déficit. "On peut se demander si l'objectif d'équilibre budgétaire en 2018 est encore atteignable malgré ce que l'on nous dit", s'est interrogé Jean-Luc Crucke. "On ne décèle aucune volonté de réduire le déficit (...). Le gouvernement a fait le choix d'une certaine facilité en laissant filer le déficit et en rendant plus ardu le retour à l'équilibre en 2018."

Le Mouvement Réformateur a aussi pointé le manque de transparence en matière budgétaire de la part du ministre compétent, André Flahaut (PS), et du gouvernement en général. "Le budget 2016 devra être marqué d'un changement radical en matière de transparence", a insisté M. Crucke.

Ecolo a pour sa part surtout insisté sur les choix qui sont posés par l'exécutif via cet ajustement. "Les services publics, la culture, la petite enfance, l'enseignement de qualification, etc., ne sont pas des gros mots. Ils méritent aussi des budgets pour pouvoir être plus ambitieux", a relevé Christos Doulkeridis. "Ce que nous attendons du gouvernement au moment des choix budgétaires, c'est de montrer qu'un autre chemin est possible".

La plénière, la dernière avant les vacances parlementaires, a été marquée par l'annonce du décès de la députée-bourgmestre Véronique Cornet, à qui l'assemblée a rendu hommage après les débats. Les parlementaires ont observé une minute de silence en mémoire de la défunte.

Nos partenaires