L'Afrique centrale et de l'Ouest oubliée dans la lutte contre le SIDA

20/04/16 à 00:43 - Mise à jour à 00:43

Source: Belga

(Belga) Médecins Sans Frontières (MSF) redoute que l'objectif global de maîtriser l'épidémie de VIH/SIDA d'ici à 2020 ne puisse être atteint si la priorité n'est pas accordée à la lutte contre la maladie en Afrique occidentale et centrale (AOC). Dans un communiqué publié mercredi, l'organisation humanitaire demande dès lors à la communauté internationale de développer et mettre en place dans cette région un plan accéléré afin d'augmenter le nombre de personnes suivant un traitement antirétroviral (ARV).

L'Afrique centrale et de l'Ouest oubliée dans la lutte contre le SIDA

L'Afrique centrale et de l'Ouest oubliée dans la lutte contre le SIDA © BELGA

La région de l'Afrique centrale et occidentale comprend 25 pays - parmi lesquels la République centrafricaine, la République démocratique du Congo et la Guinée, qui ont été pris comme cas d'étude par MSF - et compte 6% de la population mondiale. Dans ces pays, "27% des décès sont liés au SIDA, 45% des enfants naissent avec le VIH et trois séropositifs sur quatre n'ont pas accès aux antirétroviraux", rapporte l'organisation. MSF demande donc urgemment aux agences des Nations unies, aux bailleurs de fonds européens, au Fonds mondial, au Plan d'urgence du Président des États-Unis pour la lutte contre le SIDA (PEPFAR) et à la société civile d'entreprendre une action d'envergure en Afrique occidentale et centrale. Selon le rapport de MSF, intitulé "Le Prix de l'oubli - Des millions de personnes en Afrique occidentale et centrale restent en marge de la lutte mondiale contre le VIH", les besoins sont largement sous-estimés dans la région, et les efforts restent insuffisants pour répondre à la crise de santé que représente le VIH. Le rapport recommande des changements majeurs de stratégies et de modèles de soins, en se basant à la fois sur les programmes ayant fait leurs preuves ailleurs dans le monde et sur de nouvelles approches, adaptées aux contextes où la couverture antirétrovirale est faible. (Belga)

Nos partenaires