L'accueil des demandeurs d'asile fait débat

28/10/10 à 14:29 - Mise à jour à 14:29

Source: Le Vif

La décision prise par le gouvernement d'ouvrir 2000 nouvelles places d'accueil pour les demandeurs d'asile dans quatre communes provoque le débat. Le MR a demandé l'organisation d'une concertation avec les bourgmestres concernés.

L'accueil des demandeurs d'asile fait débat

© Belga

Mercredi matin, le Comité ministériel restreint a décidé la création de 2.000 places d'accueil supplémentaires pour demandeurs d'asile dans quatre casernes (Bastogne, Bierset, Weelde et Houthalen-Helchteren) et dans les futurs locaux de la protection civile à Gembloux.

Suite à cette décision, Didier Reynders (MR) a demandé en Comité restreint que le secrétaire d'Etat Philippe Courard (PS) organise une concertation avec les communes concernées. En effet, dans les heures suivant l'annonce, plusieurs bourgmestres protestaient et soulignaient le manque de concertation préalable.

Philippe Collard (MR), bourgmestre de Bastogne, s'est dit "absolument défavorable" à la création de 500 places d'accueil supplémentaires dans la caserne de la ville.

Il s'inquiète notamment des conditions de salubrité et d'hygiène dans lesquelles vivront les demandeurs d'asile. "La caserne qui abritait cent militaires sera vraisemblablement occupée par 500 demandeurs d'asile. Si les conditions de salubrité et d'hygiène ne sont pas suffisantes, je n'hésiterai pas à prendre mes responsabilités et à déclarer les lieux inhabitables et insalubres", a précisé le bourgmestre.

Au cabinet de M. Courard, on répond que le secrétaire d'Etat n'a rien à voir avec la désignation des sites. Ceux-ci ont été retenus en fonction des possibilités de la Défense et des exigences de la Croix-Rouge, notamment en matière d'équipement des sites.

"Le logement de demandeurs d'asile dans les hôtels coûte cher et donne une image désastreuse. Il faut donc trouver une autre solution. La Croix-Rouge encadrera l'arrivée des demandeurs d'asile (...). Cela se fera petit à petit. Ce sont des familles qui vont s'installer dans ces centres et pas 500 types armés prêts à en découdre", commente-t-on encore au cabinet.

Manifestation place Poelaert Près de 200 personnes ont manifesté sur la place Poelaert à Bruxelles, ce jeudi. Ils réclamaient la fin de la crise de l'accueil des demandeurs d'asile en Belgique et la mise en oeuvre par le gouvernement fédéral du plan de répartition comme mesure exceptionnelle.

Une délégation composée entre autres de représentants de l'asbl Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Etrangers (CIRE), devait rencontrer le chef de cabinet du Premier ministre Yves Leterme. "Nous appelons le gouvernement à activer sans délai le plan de répartition, la seule vraie mesure capable de stopper la crise. Nous voulons que le gouvernement arrête de bricoler. 2000 places supplémentaires ne vont pas résoudre le problème", explique Frédérique Mawet, directrice du CIRE.

L'organisation Vluchtelingenwerk Vlaanderen (Action Réfugié Flandre), des syndicats, des avocats et des travailleurs du secteur de l'asile manifestaient également.

Jusqu' à midi, ils ont effectué une action symbolique, un "sleep-in" avec tentes et sacs de couchage.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires