Kris Peeters se dit inquiet du nombre de faillites dans le secteur de la construction

26/02/15 à 15:22 - Mise à jour à 15:22

Source: Belga

Le vice-Premier ministre et ministre de l'Economie Kris Peeters a exprimé jeudi en marge du salon Batibouw son inquiétude vis-à-vis du nombre croissant de faillites dans le secteur de la construction, surtout parmi les petits entrepreneurs.

Kris Peeters se dit inquiet du nombre de faillites dans le secteur de la construction

© Belga

Après avoir fait le tour des différents exposants à Brussels Expo, Kris Peeters a pris la parole au Forum construction organisé jeudi par la confédération Construction. Le ministre y a annoncé sa volonté de "prendre un large éventail de mesures visant à inverser la tendance négative" du nombre de faillites dans le secteur. Pour Kris Peeters, ces mesures sont, "la diminution du coût salarial, de la lutte contre la fraude sociale, de l'élaboration d'une assurance responsabilité professionnelle pour entrepreneurs et de la mise en oeuvre de la réglementation dite RAL, qui préconise le règlement extrajudiciaire de litiges". Entre 2005 et 2014, le nombre de faillites dans le secteur de la construction est passé de 1.044 à 2.030, soit un quasi-doublement. Il s'agit souvent de petits entrepreneurs, selon les chiffres du SPF Economie. "Dans notre pays, le secteur de la construction est une puissance économique. Il représente 115.000 entreprises et 200.000 travailleurs. Quelque 10% de toutes les entreprises de notre pays sont actives dans le secteur de la construction. C'est donc un secteur que nous devons conserver chèrement. Mais le nombre élevé de faillites est un obstacle permanent à la croissance future de ce secteur. Voilà pourquoi j'invite le secteur à réfléchir avec moi à la manière dont nous pouvons aborder ce problème", a lancé Kris Peeters. Le ministre a aussi rappelé que le saut d'index de 2% prévu par le gouvernement fédéral a également pour objectif de réduire le nombre de faillites, notamment sans la construction."Nous nous attaquerons également au problème de la fraude sociale en transposant rapidement la directive d'exécution, afin de contrer l'usage illicite de la technique du détachement", a également indiqué Kris Peeters, annonçant la tenue prochaine d'une "table ronde avec toutes les parties prenantes du secteur" sur le sujet.

En savoir plus sur:

Nos partenaires