Kris Peeters pose ses balises dans la presse francophone

04/01/14 à 10:15 - Mise à jour à 10:15

Source: Le Vif

Pas de négociation d'une nouvelle réforme de l'état pour former le nouveau gouvernement fédéral alors que la sixième ne deviendra réalité qu'en janvier 2015; plutôt un nouveau bail à la tête du gouvernement flamand qu'au fédéral; une majorité flamande au fédéral; et un départ en campagne les mains libres pour le CD&V: telles sont quelques-unes des balises posées samedi par le chef de file du CD&V Kris Peeters, dans les quotidiens La libre Belgique et Le Soir, en vue de la campagne électorale.

Kris Peeters pose ses balises dans la presse francophone

© Belga

L'actuel ministre-président flamand a répété que le CD&V n'était pas favorable au séparatisme. Il soutient l'émergence d'un modèle dont le centre de gravité est basé sur les Régions et les Communautés. "On ne va pas commencer à négocier une septième réforme de l'Etat pour former le nou­veau gouvernement fédéral alors que la sixième ne deviendra vraiment une réalité que le 1er janvier 2015. En revanche, le Sénat, qui deviendra un lieu de rencontre entre les entités fédérées, pourrait être chargé de penser à une nouvelle adaptation de l'Etat", a-t-il notamment dit dans les colonnes de la libre Belgique.

Dans le Soir, le ministre-président flamand évoque la nécessité, à l'avenir, d'une collaboration renforcée entre les entités fédérées mais aussi avec le fédéral. Cela a déjà commencé avec le gouvernement wallon pour le Jardin Botanique de Meise et pour l'accord culturel entre les Communautés. Cela ne s'est pas encore fait avec le gouvernement bruxellois, "mais c'est un concours de circonstances", a-t-il précisé, souhaitant que cela puisse se faire d'ici les élections.

Pour Kris Peeters, Bruxelles a pleinement sa place dans la collaboration entre entités fédérées. "Quand Bruxelles veut construire un stade de football en territoire flamand, n'est-il pas sage de se parlent? ? Pour le centre commercial Uplace, ne vaut-il pas mieux éviter la course entre la Flandre et Bruxelles", a-t-il demandé dans ce contexte.

Nos partenaires