Koen Geens ne veut pas ouvrir le débat sur les congés pénitentiaires normaux

30/05/18 à 09:46 - Mise à jour à 09:47

Source: Belga

(Belga) Le ministre de la Justice, Koen Geens, ne souhaite pas ouvrir un débat sur les congés pénitentiaires auxquels ont classiquement droit les détenus en fin de peine, a-t-il indiqué mercredi sur les ondes de La Première.

Le tueur de Liège aurait fini de purger sa peine en 2020. Il avait bénéficié dans ce cadre de plusieurs congés comme les autres prisonniers dans sa situation. Des voix se sont élevées dans la police pour réclamer une révision des conditions dans lesquelles un congé pénitentiaire est accordé. "Pour les congés pénitentiaires normaux comme celui-ci, je n'aimerais pas rouvrir le débat car cela va vraiment rendre des gens désespérés en prison, car ils se préparent à une fin de peine et espèrent pouvoir s'adapter au climat de la société. Donc, ce serait vraiment compliqué de ne plus avoir cette mesure dans notre valise de mesures que l'on peut prendre pour les détenus de longue haleine", a expliqué M. Geens sur les ondes de La Première. Multi-récidiviste, condamné à une succession de peines assez courtes, Benjamin Herman avait introduit une demande de libération provisoire qui lui avait été refusée. Il pouvait toutefois prétendre à des congés. Les derniers d'entre eux s'étaient bien passés, a rappelé le ministre. Le ministre de la Justice est en charge de la politique pénitentiaire en Belgique. "Je me sens responsable car j'ai la responsabilité des prisons", a-t-il dit. "Cela mérite un examen de conscience de ma part", a-t-il ajouté. (Belga)

Nos partenaires