Koen Geens ne comprend pas les critiques à l'égard de sa politique

17/05/16 à 06:32 - Mise à jour à 06:32

Source: Belga

Le ministre de la Justice, Koen Geens, a regretté les propos tenus par le premier président de la Cour de cassation à la RTBF le dimanche, a-t-il fait savoir lundi par communiqué.

Koen Geens ne comprend pas les critiques à l'égard de sa politique

Koen Geens © Belga

Jean de Codt a tenu un vif réquisitoire contre les conséquences sur la Justice des restrictions budgétaires du gouvernement fédéral, qui risquent à ses yeux de réduire le Royaume à un "État voyou". M. Geens a également fait part de son "étonnement devant la manière téméraire et vexatoire dont s'exprime dans la presse le président du tribunal de première instance francophone de Bruxelles", Luc Hennart.

Invité de Pascal Vrebos dimanche sur RTL-TVi, Luc Hennart, appelé à donner une cote au travail de Koen Geens, lui a attribué la note de 0 sur 10. "Il participe d'une démarche qui va vers un démantèlement du service public Justice. Je suis très inquiet", avait déclaré M. Hennart.

Le ministre de la Justice fustige l'"imprécision" de données énoncées par Luc Hennart. "Prétendre que le nombre de détenus est toujours en augmentation dans notre pays est en porte à faux avec l'indéniable diminution de leur nombre entre avril 2014 et aujourd'hui, plus précisément de 11.813 à 10.872. Il en est de même quant à la plainte continuelle relative au déficit en personnel du tribunal de première instance francophone de Bruxelles alors que le cadre des magistrats y a été augmenté de 30% depuis 2014 et est entièrement rempli, et que le cadre total de personnel judiciaire a été doublé depuis 2014 et qu'il est rempli à hauteur de 83%."

M. Geens s'entretiendra mardi à 9h00 avec les présidents des Collèges de la Cour de cassation, des cours et tribunaux et du ministère public, qui lui auraient confirmé leur présence.

Le ministre a également affirmé avoir pris acte de l'action syndicale annoncée par certaines associations de magistrats qu'il rencontrera mardi après-midi. La journée sera chargée en négociations pour le ministre de la Justice, qui rencontrera une fois de plus mardi à 16h00 les syndicats dans le cadre de la grève des prisons.

En savoir plus sur:

Nos partenaires