Kiev et Varsovie tentent d'apaiser les tensions liées à l'histoire

13/12/17 à 18:22 - Mise à jour à 18:23

Source: Belga

(Belga) Le président ukrainien Petro Porochenko et son homologue polonais Andrzej Duda ont tenté mercredi d'apaiser les récentes tensions entre leurs deux pays liées à des massacres commis par les nationalistes ukrainiens pendant la Seconde guerre mondiale.

La visite du président polonais à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, intervient alors que la Pologne a reproché à l'Ukraine de s'opposer à l'exhumation des victimes polonaises des massacres dans la région ukrainienne de Volhynie. Des responsables gouvernementaux ukrainiens ont en conséquence été interdits d'entrée en Pologne en novembre, et Kiev a convoqué l'ambassadeur polonais. "J'ai appelé le président Porochenko (...) à donner de nouveau son accord pour que des exhumations soient menées" en Ukraine, a déclaré le président polonais aux journalistes après sa rencontre avec le dirigeant ukrainien. "Nous nous sommes mis d'accord (...) d'abolir rapidement l'interdiction sur les exhumations, qui est essentielle. Je considère qu'il s'agit de la première étape pour dépasser cette impasse", a indiqué M. Duda. De son côté, M. Porochenko a déclaré à la presse que les deux hommes "sont venus à la conclusion commune que l'Histoire ne doit pas influencer l'aspect stratégique des relations entre l'Ukraine et la Pologne". "Seule une partie gagne lors des conflits portant sur l'Histoire entre l'Ukraine et la Pologne: ce n'est pas l'Ukraine, ni la Pologne, mais la Russie. C'est pour cela que nous devons trouver une manière claire de sortir de cette situation", a-t-il assuré. Varsovie a été l'un des plus proches soutiens de Kiev face à la Russie à la suite de l'annexion de la Crimée en mars 2014 et de l'éclatement du conflit avec les séparatistes prorusses dans l'Est ukrainien. Mais depuis plusieurs semaines, cette entente a été fragilisée par des tensions récurrentes concernant les exhumations à Volhynie, qui était une région orientale de l'Etat polonais avant 1939. La Pologne reproche aussi à l'Ukraine de n'avoir pas explicitement condamné les massacres, commis par les nationalistes ukrainiens de l'armée insurrectionnelle UPA, qui ont fait en 1943 au moins 50.000 morts au sein de la minorité polonaise de Volhynie. (Belga)

Nos partenaires