Kazakhgate - Faux départ pour la commission d'enquête

01/12/16 à 21:33 - Mise à jour à 21:36

Source: Belga

(Belga) La commission d'enquête parlementaire sur le Kazakhgate n'est pas parvenue à désigner son président face au refus de la majorité de s'inscrire dans un consensus autour de la personnalité de Francis Delpérée, choisi par le cdH en vertu de la clé D'Hondt.

Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a évoqué la nécessité d'avoir un président au-dessus de la mêlée. Il est revenu sur les informations de presse liant M. Delpérée à l'Ordre de Malte, une organisation qui a été citée à plusieurs reprises dans le Kazkhgate. M. Delpérée s'est une nouvelle fois défendu en soulignant qu'il n'avait aucun lien avec cette organisation qui l'a décoré, comme d'autres qui ont reconnu ses mérites dans sa carrière d'enseignant. Même s'il n'y avait pas d'autre candidat, le président de la Chambre Siegfried Bracke, qui tenait près de lui des bulletins de vote, a fait procéder à une série de scrutins, contestés par l'opposition, avant de reconnaître une "faute" et de proposer de nouvelles modalités. Cela en était trop et même sur les bancs de la majorité, la députée Sonja Becq finissait par dénoncer ce "simulacre parlementaire". Après une énième suspension de séance, le président de la Chambre a fini par consentir à la demande de l'opposition de renvoyer le dossier à la conférence des présidents. Celle-ci ne pourra se réunir avant lundi, et sans le président Bracke retenu à l'étranger. Elle sera présidée par le vice-président André Frédéric (PS). "Il s'agit d'une pantalonnade démocratique. Ce qui vient de se passer est assez grave. Je crains que certains collègues n'aient pas encore pris toute la mesure de la colère qui anime la population", a commenté Georges Gilkinet (Ecolo). (Belga)

Nos partenaires