Kazakhgate - Armand De Decker réaffirme ne jamais être intervenu dans l'élaboration de la loi

05/11/16 à 20:34 - Mise à jour à 20:37

Source: Belga

(Belga) L'ancien président du Sénat et ex-ministre Armand de Decker (MR) a réaffirmé samedi soir, dans un communiqué transmis à l'agence Belga, n'être "à aucun moment et en aucune façon intervenu dans l'élaboration de la loi étendant la transaction" pénale. Le Soir, Sudpresse et Mediapart avaient révélé samedi matin que le libéral avait bien joué un rôle central dans l'affaire de corruption liée au milliardaire belgo-kazakh Patok Chodiev.

Selon une série de pièces des procédures judiciaires belge et française relatives à cette affaire, où apparaît le nom d'Armand De Decker, ce dernier serait intervenu auprès du ministre de la Justice de l'époque Stefaan De Clerck (CD&V) et de son cabinet, en compagnie de Me Catherine Degoul, l'avocate de Chodiev, pour améliorer la situation judiciaire du milliardaire. Le bourgmestre d'Uccle "s'étonne vivement et s'inquiète de découvrir dans cet article des éléments provenant de violations du secret de l'instruction ouverte en France et de l'information en cours en Belgique" et y relève une "multitude d'éléments inexacts ou imaginaires". Il estime que son honorabilité et sa respectabilité sont gravement mises en péril à cause des "amalgames, du manque de nuances avéré et des conclusions erronées émanant du journaliste". Armand De Decker confirme une nouvelle fois ne pas être intervenu dans l'élaboration de la loi étendant la transaction, "ce qui apparaît d'ailleurs clairement dans l'analyse tant du calendrier du Ministre de la justice De Clerck de l'époque que dans les interventions de ce dernier dans l'enceinte du Parlement". L'ancien président du Sénat ne fera pas d'autres déclarations afin de respecter son secret professionnel mais aussi de "ne pas alimenter davantage une polémique relevant de la recherche de la sensation". (Belga)

Nos partenaires