Karima, la présidente de l'asbl "Insoumises et dévoilées" devant la justice

26/03/13 à 13:45 - Mise à jour à 13:45

Source: Le Vif

Le substitut du procureur du roi de Verviers, Franklin Kuty, a requis mardi devant le tribunal correctionnel une peine de 24 mois de prison à l'encontre de Karima (37 ans), la présidente de l'asbl "Insoumises et dévoilées", une association qui vient en aide à des femmes en détresse. On lui reproche des faux, des abus de confiance par rapport à l'objet social de l'asbl ou encore des subventions indûment perçues.

Karima, la présidente de l'asbl "Insoumises et dévoilées" devant la justice

© Image Globe

La prévenue, qui avait défrayé la chronique judiciaire en 2008 pour son livre "Insoumises et dévoilées", nie toutes les préventions qui lui sont reprochées.

" Ils étaient contents de poser avec moi lorsque l'association faisait l'objet de reportages TV "

A la tête de son asbl depuis juin 2008, elle explique n'avoir reçu "qu'une partie des subsides sollicités auprès de différents ministres socialistes (les noms de Marc Tarabella, Fadila Laanan, Jean-Claude Marcourt et Eliane Tillieux sont cités, ndlr) qui étaient très contents de poser avec moi lorsque l'association faisait l'objet de reportages TV de France 2 ou TF1", explique-t-elle à la barre.

Elle poursuit en expliquant que ses problèmes ont commencé lorsqu'elle s'est rapprochée "du mouvement d'un conseiller communal réformateur. On m'a retiré mon local, mes points APE". Depuis, son asbl a été dissoute sur assignation de l'ONSS qui n'avait pas été payée complètement, le tribunal du travail ayant condamné l'asbl en 2011.

Le parquet dresse un portrait plus sombre de la prévenue décrite comme "présidente omnipotente", "manipulatrice", "refusant de travailler avec les autorités". La gestion de l'asbl était des plus "opaques", son ancien mari, âgé de 62 ans, ayant été engagé comme trésorier, fonction qu'il n'a jamais exercée.

Le parquet reproche aux deux intéressés d'avoir confondu leurs comptes personnels et ceux de l'asbl. "Je ne me suis jamais offerte de villa ou de voitures de luxe", a rétorqué Karima qui avait cependant des "goûts de luxe", selon une bénévole.

La Région wallonne réclame aujourd'hui près de 90.000 euros pour les points APE octroyés à une asbl dont les statuts sont caduques pour le parquet en raison d'un faux procès-verbal de l'assemblée générale constitutive de l'association en juin 2008.

Le parquet requiert 24 mois à l'encontre de Karima et 12 mois contre son ancien mari. La défense plaidera le 16 avril prochain.

Nos partenaires