Kabila "ne va pas violer la Constitution" et ne sera pas candidat

01/02/18 à 12:46 - Mise à jour à 12:48

Source: Belga

(Belga) Le président congolais Joseph Kabila entend respecter la Constitution du pays et quitter le pouvoir après les élections du 23 décembre prochain, a affirmé le porte-parole du gouvernement de Kinshasa, Lambert Mende Omalanga, dans une interview diffusée jeudi par la radio VOA Afrique.

De passage par Washington, il a aussi annoncé que le chef de l'Etat congolais désignera son successeur au sein de la Majorité présidentielle (MP) d'ici le mois de juillet prochain. "Nous avons eu quelques retards (dans l'organisation des élections présidentielle, législatives et provinciales, ndlr) mais nous sommes sur le bon chemin pour aller aux élections et respecter le calendrier établi par la commission électorale" nationale indépendante (Céni), a déclaré M. Mende, qui est aussi ministre de l'Information et des Médias. Il s'est déclaré certain du respect de cette échéance. "Affirmatif ! Le 23 décembre, nous aurons trois élections en une séquence", a-t-il répondu en réponse à une question. Interrogé sur les propos tenus vendredi dernier par M. Kabila lors d'une rare conférence de presse à Kinshasa, M. Mende a assuré que le président "a répondu clairement" sur sa non-candidature à la présidentielle. "En aucun cas, le président ne va violer la Constitution. Nous ne sommes dans aucune procédure de modification de la Constitution qui passe par un référendum. Nous sommes dans les préparatifs des élections. La Constitution ne prévoit pas que le président puisse se représenter une troisième fois consécutive", a dit le porte-parole du gouvernement. (Belga)

Nos partenaires