José Happart, inamovible président de Liege Airport ?

15/05/15 à 14:47 - Mise à jour à 14:47

Source: Le Vif/l'express

Le 4 mai, le conseil d'administration de Liege Airport devait être renouvelé. Mais à la dernière minute, l'actionnaire majoritaire a demandé une prolongation. Le temps de trouver le candidat idéal au poste de président. Bien que le successeur de José Happart pourrait être... José Happart.

José Happart, inamovible président de Liege Airport ?

© Belga

La date du lundi 4 mai 2015 avait été fixée depuis un bail. Entourée d'un épais trait rouge dans de nombreux agendas. Le menu de cette assemblée générale extraordinaire la rendait plus attendue que les autres : passage en revue de rapports, approbation des comptes annuels mais, surtout, nominations de mandats d'administrateurs. Dont celui de président du conseil d'administration de Liege Airport.

Ce jour-là, le sort de José Happart devait être scellé. Le hérisson fouronnais allait soit devoir tourner la page après dix-sept années de mandat (interrompu entre 2001 et 2004, lorsqu'un décret empêchait le cumul avec son poste au parlement wallon), soit ajouter nouveau chapitre à cette désormais longue histoire.

Il n'y aura finalement guère eu d'épilogue ou de rebondissement. Quelques jours avant la date butoir, le point fut inopinément retiré de l'ordre du jour. Au lendemain du 4 mai, certains proches de l'aéroport liégeois non informés du changement cherchaient sur le Web les traces du nouveau casting...

TEB Participations, l'actionnaire majoritaire (50% plus une voix) n'avait mis dans la confidence que les principaux intéressés. Dans ce dossier, c'est lui qui est à la manoeuvre. Sur les 18 mandats d'administrateurs qui composent le CA, il a le droit d'en attribuer 7, dont la présidence. La Sowaer (société wallonne des aéroports), qui détient 25 % du capital, en décerne elle aussi 7, tandis que les Aéroports de Paris (ADP) envoient 4 représentants autour de la table, en tant que troisième actionnaire.

Début mai 2014, la Sowaer et les ADP avaient désigné leurs administrateurs pour six ans. Alors que TEB - qui réunit Nethys (ex-Tecteo), Belfius et Ethias - avait créé la surprise en renouvelant ses émissaires pour un an seulement. Parce que la structure était "relativement jeune" et qu'il fallait le temps que les trois parties accordent leur violon, comme on l'assure en interne ? Ou pour éviter qu'un José Happart déchu crée des remous en période électorale ? "A l'époque, cela avait surpris. Le PS voulait sans doute éviter qu'il ne les emmerde ailleurs", soupçonne un observateur.

L'ancien président du parlement wallon joue à nouveau les prolongations, en attendant que TEB Participations prenne sa décision. Aucune deadline n'a cette fois été fixée. "Le but est que cela ne traîne plus trop", soutient-on. Atterrissage souhaité avant l'été.

Le dossier dans Le Vif/L'Express de cette semaine. Avec :

- Ceux qui doivent donner leur bénédiction

- Les noms qui circulent

- Pourquoi José H pourrait rempiler

En savoir plus sur:

Nos partenaires