JO-2018: la Russie regrette la décision du CIO, en attendant Poutine

06/12/17 à 10:30 - Mise à jour à 10:31

Source: Belga

(Belga) La Russie oscillait mercredi entre fureur et fatalisme après la décision du Comité internationale olympique (CIO) de la suspendre des JO d'hiver, un éventuel boycott de la compétition restant en suspens en attendant la prise de parole de Vladimir Poutine.

Mardi soir, le CIO a suspendu la Russie des jeux Olympiques d'hiver 2018 pour dopage institutionnalisé, ouvrant toutefois la porte aux sportifs "propres" qui pourront concourir sous drapeau neutre. Cette décision est sans précédent dans l'histoire de l'olympisme: pour la première fois, un pays entier est suspendu pour dopage. Le monde olympique comme la Russie sont maintenant dans l'attente de déclarations de Vladimir Poutine. Le président russe, qui a par le passé dénoncé les enquêtes du CIO ou de l'Agence mondiale antidopage (AMA) comme des attaques contre son pays, pourrait réagir à cette décision mercredi à l'occasion du Forum national des bénévoles. En attendant sa prise de parole, les responsables sportifs comme politiques étaient prudents sur la perspective d'un boycott de la compétition par la Russie. Le chef du Comité olympique russe, Alexandre Joukov, a assuré que les sportifs russes se décideraient le 12 décembre sur leur participation ou non sous drapeau neutre. La majorité des sportifs russes, tout en regrettant la décision du CIO, exprimait toutefois la volonté que ceux qui le veulent puissent participer aux Jeux de Pyeongchang. "Il faut aller aux Jeux Olympiques. Refuser, c'est se rendre", a déclaré le médaillé olympique de hockey sur glace Ilya Kovalchuk, cité par l'agence de presse TASS. "M'adressant aux athlètes, je veux dire qu'ils ne doivent absolument pas désespérer et continuer à s'entraîner pour les Jeux", a de son côté déclaré la star du saut à la perche, Yelena Isinbayeva, qui a entamé une reconversion politique. (Belga)

Nos partenaires