JMJ à Cracovie - Le pape François lance un plaidoyer pour les exclus et les réfugiés

29/07/16 à 21:08 - Mise à jour à 21:08

Source: Belga

(Belga) Le pape François a appelé vendredi soir les chrétiens à aider les exclus et les réfugiés, tout en assurant que cette manière de suivre l'enseignement du Christ n'était pas "sado-masochiste".

JMJ à Cracovie - Le pape François lance un plaidoyer pour les exclus et les réfugiés

JMJ à Cracovie - Le pape François lance un plaidoyer pour les exclus et les réfugiés © BELGA

"Nous sommes appelés à servir Jésus crucifié dans chaque personne marginalisée (..) dans celui qui est exclu, qui a faim, qui a soif, qui est nu, détenu, malade, sans travail, persécuté, réfugié, migrant", a dit le souverain pontife à Cracovie devant plusieurs centaines de milliers de participants aux Journées Mondiales de la Jeunesse, réunis pour la liturgie du chemin de croix. "Si quelqu'un qui se dit chrétien, ne vit pas pour servir, sa vie ne vaut pas la peine d'être vécue", a-t-il martelé. Mais "le chemin de la croix n'est pas un chemin sado-masochiste, il est le seul qui vainc le péché (...) en ouvrant les horizons de la vie nouvelle et pleine", a ajouté François. Le pape, qui a invité au Vatican trois familles de musulmans syriens, a eu une phrase pour "nos frères syriens qui ont fui la guerre". "Nous les saluons et nous les accueillons avec une affection fraternelle et avec sympathie", a-t-il dit. L'indifférence envers les réfugiés a été dénoncée au début du chemin de croix dans une méditation préparée par la communauté San'Egidio, très active dans l'assistance aux réfugiés, dans le cadre d'un scénario approuvé par le Vatican. "Nous refusons l'hospitalité aux gens qui, cherchant une vie meilleure ou parfois la vie tout court, frappent aux portes de nos pays, nos églises et nos maisons", a lancé le lecteur de la méditation. "Ils sont étrangers, nous voyons en eux des ennemis, nous avons peur de leur religion et de leur pauvreté. Au lieu de l'hospitalité, ils trouvent la mort dans les eaux de Lampedusa (île italienne en Méditerranée où tentent d'atterrir les réfugiés), près des côtes de la Grèce, dans les camps de réfugiés", a-t-il poursuivi. "Jésus, ces dernières années, tu as été condamné à mort en les personnes de 30.000 réfugiés. Condamné par qui ? Qui signera ce verdict", a encore demandé le jeune homme. La liturgie a été transformée en quatorze performances sobres mais spectaculaires, mélangeant lecture des Evangiles, chants a cappella d'une chorale, vidéos et ballet. (Belga)

Nos partenaires