Jérusalem: c'est la reconnaissance d'une histoire qui a 3.000 ans, selon l'ambassadrice israélienne

07/12/17 à 11:14 - Mise à jour à 11:17

Source: Belga

(Belga) La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par les Etats-Unis consacre un fait qui a 3.000 ans, selon l'ambassadrice israélienne en Belgique, Simona Frankel.

"C'est une décision historique mais aussi une décision (qui consacre) la réalité. Ce n'est pas le président américain Trump qui a déclaré Jérusalem comme la capitale du peuple juif mais le Roi David il y a 3.000 ans. C'est la reconnaissance d'une histoire qui a 3.000 ans", a-t-elle déclaré sur les ondes de La Première. Les résolutions des Nations Unies à propos des territoires palestiniens, dont fait partie Jérusalem-est, ne modifient pas la donne, à entendre la représentante israélienne. "Les décisions d'organisations internationales ne peuvent pas changer la réalité", a-t-elle dit. L'ambassadrice invite l'Union européenne à suivre l'exemple américain. "Les Palestiniens comprendront alors qu'il n'y a pas d'autre choix et qu'il faut retourner à la table des négociations pour arriver à la paix", a-t-elle affirmé. Interrogé sur Bel-RTL et La Première, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a qualifié de "regrettable" la décision américaine. "C'est prendre le risque d'un embrasement de la région. Il faut peut-être appeler maintenant au calme. J'espère que l'on va voir un certain nombre d'acteurs relancer le dialogue. Et l'Union européenne a probablement un rôle à jouer, en montrant que nous sommes capables de discuter tant avec Israël qu'avec la Palestine", a-t-il dit. La décision américaine va à l'encontre du droit international, juge encore le chef de la diplomatie belge. Selon lui, le dialogue doit reprendre au sein de l'enceinte appropriée à celui-ci: les Nations Unies. (Belga)

Nos partenaires