"Je crains que cet afflux de réfugiés ne soit qu'un avant-goût de ce qui nous attend "

16/09/15 à 15:14 - Mise à jour à 15:58

Source: Knack

Dirk Van den Bulck, commissaire général pour les réfugiés et les apatrides depuis dix ans, refuse de parler d'une crise d'asile. Mais son service est très occupé, et à l'avenir les frontières de l'Europe risquent d'être encore beaucoup plus fréquentées.

En tant que commissaire général pour les réfugiés et les apatrides, Dirk Van den Bulck (57 ans), possède un bon aperçu de la crise d'asile. Au pied de son bureau situé au 22e étage de la tour WTC II à Bruxelles, se trouve le parc Maximilien. Sous le soleil de midi, le camp de réfugiés paraît presque idyllique. Van den Bulck est conscient de la gravité de la situation : c'est le commissaire général - ou un de ses adjoints - qui en signant peut accorder un statut protecteur et la perspective d'une nouvelle vie.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires