Jan Jambon en visite à City 2 dans le cadre de la Semaine de la Sécurité

18/10/16 à 14:04 - Mise à jour à 14:05

Source: Belga

(Belga) Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon a visité mardi matin des commerces du centre City 2, à Bruxelles, à l'occasion de la première Semaine de la Sécurité organisée par la fédération belge du commerce et des services Comeos.

Les exploitants du Carrefour, d'Ici Paris XL et de la Fnac ont fait part au ministre des problèmes auxquels ils sont confrontés. "On a demandé à pouvoir utiliser les images des caméras pour la formation de notre personnel. Actuellement, cela est interdit pour des questions de respect de la vie privée", a expliqué Guy Nobel, manager sécurité pour le groupe A.S. Watson chez Ici Paris XL. "On voudrait aussi que les sociétés de sécurité privées aient le droit de fouiller les sacs et les personnes si nécessaire. Aujourd'hui, seule la police peut le faire. Comme nos produits sont petits et chers et donc particulièrement intéressants pour le marché noir, on a un vrai problème avec les bandes organisées. Ici, la collaboration avec la police est primordiale." Parmi les autres demandes, figure également celle d'un encadrement légal pour la perception immédiate en magasin du prix de l'objet volé, augmenté des frais administratifs. Jan Jambon a présenté deux projets de loi. Le premier sur les caméras de surveillance a été soumis pour avis au Conseil d'État, avant d'être présenté au Parlement. "Cette modernisation permettra de mieux utiliser les caméras, mais aussi d'avoir par exemple des caméras derrière des miroirs. Mon deuxième projet de loi concerne le gardiennage privé. On examine si on peut donner plus de compétences au gardiennage privé pour faire des contrôles. Là, je dois encore avoir l'accord du gouvernement." Face à la récidive et aux bandes organisées, les parquets de Hal-Vilvorde, de Tongres, d'Eupen et de Hasselt tiennent, depuis lundi, des audiences thématiques consacrées à la criminalité en magasin. Les commerçants pourront ainsi, en tant que parties civiles, faire part plus spécifiquement de leurs griefs. Comeos dénombre, sur la base des chiffres de la police fédérale, environ 20.000 vols à l'étalage et 20.000 vols avec violence en 2015. La fédération estime que pour un vol repéré, 9 passent inaperçus. "On a un milliard d'euros de perte chaque année", ajoute Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos. (Belga)

Nos partenaires