Jambon révèle l'existence d'accords secrets sur une possible révision de la Constitution

26/11/14 à 21:23 - Mise à jour à 27/11/14 à 07:45

Source: Belga

Des accords ont été conclus entre partis de la majorité sur les articles de la Constitution qui seront déclarés ouverts à révision en vue de la prochaine législature, selon les dires du vice-premier ministre N-VA Jan Jambon, devant une assemblée d'étudiants nationalistes (KVHV).

Jambon révèle l'existence d'accords secrets sur une possible révision de la Constitution

Jan Jambon © Belga

Le site internet Apache qui rapporte ces propos précise que Jan Jambon y aurait indiqué que même l'article 195, qui permet la révision de toutes les dispositions constitutionnelles, serait sur la liste.

"Dans le coffre-fort des partis de la majorité, il y a des petits cahiers Atoma, à côté de l'accord de gouvernement. Il contient des accords sur les articles de la Constitution qui seront soumis à révision. Je pense que nous pourrons même avoir l'article 195", a indiqué Jan Jambon cité par Apache.

Selon le site, le ministre a défendu devant les étudiants la participation de la N-VA au gouvernement. Il a fait valoir la nécessité de relancer la machine socio-économique et de revoir la politique de migration et de justice qui justifient l'absence de réforme communautaire pendant cinq ans.

"Nous n'avions pas de partenaire pour le confédéralisme. L'alternative était soit rester assis chez nous soit exécuter la partie de notre programme qu'il était possible de réaliser. Ne rien faire eut été une faute. Mon sentiment et notre stratégie sont que le PS demandera une nouvelle réforme de l'Etat", a expliqué le chef de file N-VA, toujours cité par Apache.

Le vice-premier ministre n'a pas caché non plus que sa fonction était purement d'apparat au sein d'un gouvernement fédéral et d'une Belgique dans lesquels il ne se reconnaît pas. "Je dois à présent recevoir le roi", a-t-il ironisé. "Cela me place parfois dans des situations très gênantes. Mais au cabinet, nous avons enlevé tous les drapeaux belges. Le portrait du roi ne se trouve plus que là où viennent les journalistes".

"Je suis dorénavant un vice-premier ministre belge: fondamentalement, je ne veux pas l'être. Est-ce que tout cela a de la valeur? Je me pose cette question tous les jours", aurait également dit Jan Jambon.

Interrogé, le cabinet Jambon admet qu'il n'y a aucune erreur factuelle dans les propos repris par Apache. Il nuance cependant certains éléments. "On donne l'impression que le ministre vient travailler tous les jours contre son gré, alors que c'est exactement le contraire. Nous avons un bon accord de gouvernement et nous l'exécutons de façon optimale", a réagi le porte-parole.

"La question des articles qui seront soumis à révision n'est pas à l'ordre du jour maintenant mais à la fin de la législature. Et il ne faut pas s'étonner que travailler dans un cadre belge, fédéral, demande une certaine adaptation à un nationaliste flamand", a-t-il précisé.

En savoir plus sur:

Nos partenaires