Jambon charge l'officier de liaison de la police à Istanbul

25/03/16 à 15:24 - Mise à jour à 15:24

Source: Belga

(Belga) Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, a pointé du doigt vendredi le travail de l'officier de liaison de la police fédérale belge à Istanbul. Informé de l'interpellation du djihadiste présumé Ibrahim El Bakraoui et par la suite de son passé criminel, il a tardé à réagir, estime le ministre.

Jambon charge l'officier de liaison de la police à Istanbul

Jambon charge l'officier de liaison de la police à Istanbul © BELGA

"Je ne peux que conclure qu'une personne a été pour le moins négligente, pas très pro-active, ni très engagée", a déclaré M. Jambon devant les commissions réunies de la Justice, de l'Intérieur et des Affaires étrangères de la Chambre. Le 26 juin 2015, l'officier de liaison belge a été informé par les autorités turques de l'arrestation d'Ibrahim El Bakraoui à la frontière avec la Syrie. Le 29 juin, il a demandé à la cellule terrorisme de la police si cette personne était connue. Celle-ci l'informe du passé criminel de l'intéressé, connu pour des faits de banditisme, et souhaite connaître le motifs de son interpellation. Le 14 juillet, les autorités turques informent l'ambassade de Belgique de l'expulsion d'Ibrahim El Bakraoui vers les Pays-Bas. Le lendemain, l'officier de liaison apprend au cours d'une réunion que l'homme a été arrêté pour des faits en lien avec le terrorisme mais qu'il doit poser une question écrite pour en savoir plus. Il ne s'exécutera par courriel que le 20 juillet. Aucun service n'a commis de faute, estime le ministre, mais un homme. M. Jambon a jugé qu'il lui incombait d'en assumer la responsabilité politique. Il a donc proposé au Premier ministre sa démission, mais Charles Michel l'a refusée. (Belga)

Nos partenaires