Italie: faute de quorum, le référendum sur les plateformes offshore est invalide

18/04/16 à 01:46 - Mise à jour à 01:46

Source: Belga

(Belga) Le quorum de 50% de participation au référendum sur l'avenir des plateformes pétrolières offshore en Italie n'a pas été atteint dimanche, ôtant une épine du pied du chef du gouvernement, Matteo Renzi, qui avait appelé à l'abstention.

Italie: faute de quorum, le référendum sur les plateformes offshore est invalide

Italie: faute de quorum, le référendum sur les plateformes offshore est invalide © BELGA

Une heure et demi après la clôture des bureaux de vote à 23H00 (21H00 GMT), les chiffres quasi-définitifs du ministère de l'Intérieur faisaient état d'une participation d'environ 32%. Obtenu par les régions où se concentrent ces plateformes offshore, ce référendum portait sur la durée d'exploitation par des compagnies pétrolières de gisements situés à moins de 12 milles (22 km) des plages italiennes, dans des zones où la faune et la flore marine sont protégées. Ces dernières semaines, un véritable front du "oui" à une limitation dans le temps de ces concessions s'était forgé, allant des "frondeurs" du Parti démocrate de M. Renzi à une partie de l'opposition de droite et au mouvement 5 Etoiles de l'ex-comique Beppe Grillo. Estimant qu'il s'agissait d'une instrumentalisation, le chef du gouvernement avait appelé à s'abstenir. "Ceux qui voulaient régler des comptes à tout prix ont perdu. Ceux qui ont gagné sont les 11.000 personnes qui risquaient leur emploi", a déclaré M. Renzi peu après la clôture des urnes. La consultation de dimanche portait sur une nouvelle loi entrée en vigueur en janvier pour permettre aux compagnies pétrolières, essentiellement le groupe énergétique Eni, d'exploiter les gisements jusqu'à leur épuisement. Il existe actuellement 92 plateformes à moins de 12 milles de côtes italiennes, et les sociétés les exploitant bénéficiaient de concessions arrivant à échéance en 2018 pour la première et en 2034 pour la dernière. Selon le quotidien la Stampa, elles extraient chaque année 2,7 milliards de mètres cubes de gaz (soit 60% de la production italienne) et 4 millions de barils de pétrole (73% de la production nationale). Voter "oui" signifiait abroger la loi et revenir à une exploitation limitée à la durée prévue par chaque concession. Voter "non" signifiait confirmer la modification, au grand dam des défenseurs de l'environnement. De nombreux commentateurs avaient estimé que la formulation de la question, qui impose de voter "oui" pour manifester son opposition, risquait de dérouter bien des électeurs et de favoriser l'abstention massive. Dans son blog, Beppe Grillo a ainsi accusé M. Renzi d'être "du côté des pétroliers", de "défendre le système et les intérêts des lobbies, des banquiers et des bureaucrates européens". Dans son discours dimanche soir, le chef du gouvernement s'est dit prêt à poursuivre le débat de manière constructive sur la politique énergétique, assurant qu'il comptait faire de l'Italie "le pays le plus vert d'Europe". Il a aussi fustigé les régions, à l'origine de ce référendum qui aura coûté 300 millions d'euros, en répétant que beaucoup ne se préoccupaient pas de l'épuration des eaux usées, "le principal problème de la mer", alors que les fonds européens nécessaires sont disponibles. (Belga)

Nos partenaires