Irak: les forces irakiennes entrent dans Fallouja, bastion de l'EI

30/05/16 à 16:08 - Mise à jour à 16:08

Source: Belga

(Belga) Les forces irakiennes ont donné l'assaut lundi à Fallouja, bastion du groupe Etat islamique (EI) situé à seulement 50 km de Bagdad, marquant une nouvelle phase de combat urbain dans l'offensive lancée il y a une semaine pour reprendre la ville.

Dans la Syrie voisine, l'EI également cible d'une offensive majeure des Forces démocratiques syriennes (FDS, combattants kurdes et arabes) dans la province de Raqa (nord), a riposté par un assaut contre les rebelles dans la province limitrophe d'Alep (nord). Conduites par le service d'élite du contre-terrorisme (CTS), l'unité de combat la mieux entraînée d'Irak, les forces du gouvernement sont entrées dans la ville de Fallouja par trois directions avant l'aube. "Les forces irakiennes sont entrées dans Fallouja avec le soutien aérien de la coalition internationale et de l'armée de l'air irakienne ainsi que l'appui de l'artillerie et des chars", selon le général Abdelwahab al-Saadi, commandant de l'opération. Des dizaines de milliers de membres des forces armées irakiennes et des unités paramilitaires des Hached al-Chaabi (ou Mobilisation populaire) --constituées principalement de milices chiites proches de l'Iran-- participent à l'offensive sur Fallouja depuis une semaine. Ces forces, qui avaient réussi ces derniers jours à reprendre des villages et secteurs autour de la ville, ratissaient lundi Saqlawiya, au nord de Fallouja, selon des officiers. L'implication des forces d'élite du contre-terrorisme irakien, qui ont permis la reprise aux djihadistes de plusieurs villes ces deux dernières années, marque une nouvelle phase dans l'offensive contre Fallouja, première cité à tomber aux mains de l'EI en janvier 2014. Les djihadistes s'étaient par la suite emparés de vastes régions d'Irak, dont la deuxième ville du pays Mossoul (nord) qu'ils contrôlent toujours. L'intensification des combats a fait naître des craintes pour les civils. Environ 50.000 d'entre eux sont coincés à Fallouja et manquent de nourriture, d'eau potable et de médicaments. Le millier de djihadistes qu'il y aurait sur place sont soupçonnés de vouloir les utiliser comme bouclier humain. (Belga)

Nos partenaires