"Inviter une personne esseulée pour Noël ? Comme si cela faisait une différence"

19/12/17 à 13:40 - Mise à jour à 13:39

Source: Knack

À l'approche des fêtes de fin d'année, notre consoeur de Knack Ann Peuteman se sent toujours un peu nostalgique. Durant son enfance, tout était tellement plus chaleureux. Ou n'est-ce qu'une impression ? "Autrefois, c'était simple d'inviter quelqu'un d'esseulé", écrit-elle. "Aujourd'hui, il est plus difficile de détecter la solitude et de lutter contre elle."

C'était au cours de religion. Chacun son tour, on pouvait raconter ce que nous réservait Noël. De la dinde ! Du gourmet ! Des cadeaux! Les cousins en visite! Et puis c'était le tour de Katy. "Chaque année, nous invitons une personne esseulée", a-t-elle dit crânement. Elle avait à peine 9 ans et était pleinement consciente de l'impact de ses mots. C'est à peine si l'institutrice n'a pas applaudi, et nous, avions un peu honte. Chez nous, on n'invitait jamais de personne esseulée. Pas à Noël du moins.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires