Interculturalité : des organisations juives flamandes s'en prennent à Milquet

10/11/10 à 11:57 - Mise à jour à 11:57

Source: Le Vif

Certaines organisations juives flamandes reprochent à Joëlle Milquet de ne pas les avoir invitées aux assises de l'interculturalité.

Interculturalité : des organisations juives flamandes s'en prennent à Milquet

© Belga

Selon le site internet de Joods Actueel , le forum des organisations juives flamandes se dit "particulièrement indigné" de ne pas avoir pu participer aux travaux des assises de l'interculturalité.

Il a d'ailleurs écrit une lettre à la ministre de l'Egalité des chances, Joëlle Milquet (Cdh), pour le lui faire savoir. Une telle participation aurait permis à une de ces associations de s'opposer à la recommandation visant à supprimer la référence à l'holocauste, dans la loi réprimant le négationnisme. La dite recommandation vise à ouvrir la possibilité de punir le négationnisme en général. La N-VA a appuyé ces critiques.

Le rapport final des assises ne fait pas l'unanimité

Après le MR, ce sont les libéraux flamands qui critiquent le rapport final des assises de l'interculturalité. Dans le Standaard, le député Bart Somers (Open Vld) pourfend notamment la recommandation visant à prévoir des quotas de personnes étrangères ou d'origine étrangère sur le marché de l'emploi. "Les quotas stigmatisent tout un groupe, or il y a précisément nécessité d'avoir une approche individuelle et émancipatrice", a-t-il indiqué.

Il émet également une série de suggestions visant à freiner l'arrivée des demandeurs d'asile et à accroître les flux sortants. Il demande notamment à la présidence belge de l'Union européenne d'insister auprès de la Turquie pour qu'elle protège plus efficacement ses frontières. Il souhaiterait également que des officiers de liaison soient envoyés dans des aéroports étrangers pour contrôler les visas.

Pour le RAPPEL, il faut institutionnaliser le différentialisme culturel Le Réseau d'Action Pour la Promotion d'un Etat Laïque (RAPPEL) est d'avis que le Comité de pilotage des assises de l'interculturalité propose dans son rapport "d'institutionnaliser le différentialisme culturel".

Le rapport sur l'interculturalité préconise la liberté généralisée du port de signes convictionnels pour les élèves des trois dernières années de l'enseignement secondaire. "Il sera donc interdit aux établissements scolaires d'interdire le port de signes religieux aux élèves dans l'enseignement secondaire supérieur" en vertu d'une politique autonome.

Le RAPPEL y voit "un véritable camouflet" infligé aux nombreuses directions d'écoles qui ont résolu d'interdire totalement les signes religieux suite aux difficultés importantes qu'elles rencontraient sur le terrain.

Concernant les fêtes religieuses, le RAPPEL dit pouvoir souscrire au principe de "congés flottants" tiré de l'expérience flamande. Mais il est d'avis que "le calendrier scolaire doit valoir pour tous", pas question de différencier les congés.

Le RAPPEL s'oppose "fermement" à l'introduction des "accommodements raisonnables" dans le système législatif belge. Selon les travaux des assises, outre les "accommodements raisonnables" concernant les personnes handicapées, ceux-ci pourraient s'étendre aux convictions religieuses ou philosophiques. Le RAPPEL, estime que cela mène "à accorder un surcroît de légitimité à des revendications présentées comme religieuses, parfois au détriment de principes fondateurs tels que l'égalité des sexes ou l'égalité entre les citoyens

Enfin, le chapitre des assises relatif à la neutralité de la fonction publique heurte le RAPPEL. Ce point recommande, sauf exception pour les fonctions régaliennes, l'autorisation généralisée du port de signes convictionnels. Pour le RAPPEL, cela "bat en brèche la nécessaire impartialité des agents des services publics, y compris dans leur apparence, laquelle est pourtant constitutive du service".

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires