Intempéries: Les pratiques agricoles aggravent les coulées de boue

23/08/11 à 16:29 - Mise à jour à 16:29

Source: Le Vif

A la suite des intempéries de mardi, la Fédération Inter-Environnement Wallonie pointe du doigt l'évolution des pratiques agricoles pour expliquer la récurrence des coulées boueuses qui affectent de nombreuses régions en Belgique.

Intempéries: Les pratiques agricoles aggravent les coulées de boue

© Image Globe / HERWIG VERGULT

Inter-Environnement Wallonie (IEW) avance que la répétition des coulées de boue comme celles qui ont frappé la Belgique mardi trouve son origine dans l'évolution des pratiques agricoles.

L'ONG environnementale juge la législation existante inadaptée et demande la mise en place de mesures agricoles pour endiguer le problème. "L'abandon de l'élevage a eu pour conséquence le labour des prairies qui formaient une ceinture verte autour des villages ruraux, les protégeant des coulées boueuses", affirme IEW dans un communiqué. La taille des parcelles, le volume des exploitations, les échanges de terre entre agriculteurs et la dégradation de la qualité des sols sont d'autres facteurs qui aggravent l'érosion des sols.

Les mesures anti-érosion financées par la Région wallonne sont insuffisantes et inadaptées, selon IEW. "La Région dispose d'une cartographie précise des parcelles à risque mais ne l'utilise pas", ajoute l'ONG.

Inter-Environnement Wallonie plaide donc pour l'interdiction de la culture sur des parcelles présentant un risque trop important, l'imposition d'aménagements spéciaux pour les parcelles à risque et la notification obligatoire par les agriculteurs des événements érosifs importants comme l'apparition de ravines, par exemple.

"Les coulées de boue n'ont pas seulement un impact sur la qualité de vie et le patrimoine des riverains, elles affectent également nos cours d'eau et la biodiversité", conclut Inter-Environnement Wallonie.

Les champs nus ne sont pas les seuls responsables
La fédération wallonne de l'agriculture (FWA) reconnaît que le labour des champs peut contribuer, dans certains cas, à l'érosion des sols. Mais les agriculteurs aménagent de plus en plus leurs terrains et les inondations ont aussi d'autres causes, selon la FWA. "La réimplantation de haies est encouragée depuis quelques années pour lutter contre les inondations", déclare Alain Masure de la FWA. "Les agriculteurs aménagent aussi des bandes enherbées en bas des terrains en pente et labourent perpendiculairement à la pente pour retenir les écoulements de boue."

Mais il faut aussi tenir compte d'autres facteurs pour expliquer les inondations, selon Masure. "Dans les lieux situés dans des cuvettes, les voiries et les constructions en zone inondables peuvent aussi aggraver les dégâts", précise-t-il.

En fin d'été, les récoltes ont souvent eu lieu et les champs se trouvent alors à nu. Ces terres vierges se transforment parfois en torrents de boue quand elles sont balayées par des orages très violents et des fortes pluies.

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires