Inscriptions: Simonet dément spéculer sur la mort d'élèves

28/06/10 à 10:24 - Mise à jour à 10:24

Source: Le Vif

Mme Simonet qualifie d'ignobles les déclarations de l'asbl ELEVeS (Ecoles Libres Efficaces Vivantes et Solidaires), véhiculées dans le cadre du débat entourant le décret relatif aux inscriptions en première année du secondaire.

Inscriptions: Simonet dément spéculer sur la mort d'élèves

© Belga

L' asbl ELEVeS, en faisant référence à une réponse formulée mercredi dernier au Parlement de la Communauté française, "laisse en effet clairement entendre que la ministre compte sur des décès pour libérer des places", rappelle un communiqué diffusé par le cabinet de la ministre de l'enseignement obligatoire.

"La vérité a ses droits. L'an dernier, la maman d'un enfant inscrit dans une école en première année du secondaire est malheureusement décédée durant l'été, laissant le papa dans une grande difficulté d'organisation quotidienne. C'est notamment pour répondre à ce type de situations que le décret a donné un pouvoir d'injonction à la CIRI en cas de situation exceptionnelle ou de force majeure. Lorsque Marie-Dominique Simonet a évoqué devant le Parlement cette situation, qualifiée par elle-même de dramatique, ce n'était pas dans la partie de son exposé relative aux places qui devraient encore se libérer suite à des changements de situations mais bien en réponse à une question relative à la durée du travail d'accompagnement par la CIRI, dans le cadre des cas exceptionnels et de force majeure", précise un communiqué de Mme Simonet.

"Lorsque la CIRI répond positivement à des requêtes liées à des situations exceptionnelles, elle le fait en ajoutant une place dans l'école. Elle n'a donc nullement besoin de spéculer sur une 'sortie' pour faire 'entrer' un autre élève. Avec cet exemple, le but de la ministre était au contraire de montrer que le rôle de la CIRI, en plus d'optimaliser les préférences exprimées, est bien d'accompagner humainement des familles qui vivent des situations humaines exceptionnelles, en ce compris celles qui pourraient naître jusqu'à la rentrée scolaire", ajoute le communiqué.

Dans un communiqué intitulé "Les familles souhaitent le décès du 3e décret inscriptions", l'asbl écrivait la semaine dernière que "la ministre a affirmé au parlement devant les parents et les enfants qu'elle comptait aussi sur 'des événements imprévus, cas dramatiques comme des décès' pour trouver des places pour les élèves dans une école.

L'asbl ELEVeS se définit comme un espace de réflexion, d'analyse et d'interpellation concernant le monde scolaire. Elle se dit apolitique et rappelle qu'elle est née après le vote du décret inscription.

Levif.be avec Belga

Nos partenaires