Inscriptions : les écoles bruxelloises ont-elles fraudé ?

15/02/12 à 18:15 - Mise à jour à 18:15

Source: Le Vif

La ministre de l'Enseignement, Marie-Dominique Simonet, a considérablement nuancé mercredi les affirmations de l'ASBL Infor-Jeunes à propos du décret inscriptions. Elle s'est refusée pour le moment à parler de fraude, rappelant qu'en tout état de cause, la période des inscriptions en 1ère année du secondaire ne commencera que le 27 février.

Inscriptions : les écoles bruxelloises ont-elles fraudé ?

© Image Globe

Il y a 15 jours, Infor-Jeunes Laeken a dénoncé le non-respect du décret inscriptions par des écoles bruxelloises sur la base d'une enquête menée à partir des sites internet : sur 49 établissements, 18 seraient en infraction parce qu'ils imposent des conditions supplémentaires pour inscrire un élève : production du CEB ou des bulletins de 5e et 6e primaire, paiement de frais, demande de renseignements sur la profession des parents, etc.

La ministre a regretté de n'avoir été informée des conclusions de cette enquête que le 6 février. Elle a néanmoins demandé à son administration de mener une enquête sur les faits allégués par l'ASBL. Les sites internet de 70 écoles ont été contrôlés, essentiellement à Bruxelles et en Brabant wallon, a expliqué Mme Simonet en réponse à des interpellations de Caroline Désir (PS), Barbara Trachte (Ecolo), Françoise Bertieaux (MR) et Marc Elsen (cdH). "Méfions-nous des procès d'intention ex ante, mais restons vigilants", a souligné la ministre.

A ses yeux, des imprécisions ou des confusions ne sont pas des signes de malversation. Il ressort ainsi du "screening" de l'administration qu'un certain nombre d'écoles n'ont pas de site internet, d'autres en ont qui n'offrent pas d'information sur les inscriptions ou qui offrent des informations dépassées, mélangeant les étapes de la procédure, etc.

Quelques cas inacceptables sont relevés, mais manifestement marginaux, comme des écoles qui conditionnent l'inscription à la participation à une soirée d'information -même s'il est normal qu'une école veuille informer les parents de son projet pédagogique, précise la ministre- ou à la production de bulletins. Un cas est relevé de demande de paiement de frais, mais avec la précision qu'il n'est pas obligatoire. "On va peut-être un peu vite en besogne voire en procès", a ajouté Mme Simonet.

L'administration enverra un courrier aux écoles où un problème est constaté. Une circulaire sera par ailleurs envoyée dans toutes les écoles pour leur rappeler les exigences du décret et la procédure.

Du côté du PS et d'Ecolo, l'on s'est interrogé sur l'éventualité de sanctions pour les écoles qui ne respecteraient pas le décret. Les Verts ont d'ailleurs regretté qu'il faille revenir pour la troisième fois avec ce genre de questions. Le cdH n'a pas voulu mettre toutes les écoles dans le même sac et a suggéré un rappel à l'ordre de certains établissements. Le MR s'est montré très critique sur l'initiative d'Infor-Jeunes. "Comment laisse-t-on une association jeter le discrédit sur certaines directions d'école ?", s'est exclamée Mme Bertieaux.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires