Inscriptions en secondaire: il faut attendre le résultat final du CEB

17/08/10 à 16:15 - Mise à jour à 16:15

Source: Le Vif

Alors que RTL-TVI et la RTBF affirmaient ce matin dans leurs journaux télévisés respectifs que 300 élèves restaient actuellement "sans école", le cabinet de la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet, n'entend pas diffuser actuellement de nouveaux chiffres.

Inscriptions en secondaire: il faut attendre le résultat final du CEB

© Belga

Le cabinet de la ministre estime qu'il faut attendre les résultats définitifs des examens de fin d'études primaires menant au Certificat d'Etudes de Base (CEB).

Dans l'entourage de la ministre, on indique que ce chiffre de 300 est bien le dernier qu'elle a communiqué avant les vacances et qu'il faut s'en tenir là pour le moment car la procédure de recours concernant le CEB est en train de se clôturer. Ce n'est qu'à son issue que l'on connaîtra le nombre précis d'élèves ayant définitivement raté l'examen, un nombre qui viendra donc diminuer d'autant celui des 300.

Il faudra aussi connaître le nombre d'élèves qui, à la suite d'un déménagement des parents ou d'autres mouvements semblables, se seront désistés de leur demande d'inscription. Les établissements scolaires commencent seulement à rouvrir leurs portes et il faudra donc encore quelques jours pour être fixés sur ce chiffre, ajoute le cabinet.

Au passage, les collaborateurs de Mme Simonet s'inscrivent en faux contre la présentation selon laquelle les 300 élèves en question seraient "sans école". Il y a suffisamment de places en Communauté française pour accueillir tout le monde et il s'agit en fait d'élèves dont la préférence n'a pas été rencontrée, insiste-t-on.

On ajoute que le processus mis en place par le décret a le mérite de s'occuper de ces élèves jusqu'après la fin du mois de juin. Sinon, les élèves refusés dans les écoles où ils souhaitaient s'inscrire seraient abandonnés à leur sort. Et le phénomène des déménagements de dernière minute a causé de tout temps des difficultés en cette période, dit-on encore au cabinet.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires