"Inquiet" pour Liu Xiaobo, Washington exhorte Pékin à libérer le Nobel chinois

13/07/17 à 02:49 - Mise à jour à 02:52

Source: Belga

(Belga) Washington a exprimé mercredi son inquiétude concernant le sort du prix Nobel de la paix chinois Liu Xiaobo, actuellement hospitalisé dans un état grave pour un cancer, et appelé Pékin à libérer le dissident afin qu'il puisse bénéficier de meilleurs soins.

"Nous restons inquiets du fait que M. Liu et sa famille ne soient pas en mesure de communiquer avec le monde extérieur et qu'il ne soit pas libre de choisir son traitement médical", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders. La veille, la diplomatie américaine avait proposé à la Chine que Liu Xiaobo soit soigné aux Etats-Unis de son cancer du foie en phase terminale. "Nous continuons d'appeler les autorités chinoises à lui accorder une libération sans condition et à libérer sa femme de son assignation à résidence", a affirmé mercredi la porte-parole de l'exécutif américain. Les Etats-Unis demandent aussi à la Chine d'assurer au couple "la protection et les libertés - de mouvement et d'accès aux soins - en accord avec la constitution chinoise" et les engagements internationaux auxquels Pékin est tenu. L'état de santé de l'opposant politique de 61 ans, traité en soins intensifs, s'est dangereusement détérioré ces dernières heures en raison notamment d'une "défaillance respiratoire", a annoncé l'hôpital du nord-est de la Chine où il a été admis, Pékin refusant qu'il soit soigné à l'étranger. Semblant rejeter un acharnement thérapeutique, la famille de l'opposant politique a refusé qu'il soit intubé afin d'être placé sous respiration artificielle, pourtant nécessaire "pour le garder en vie", a-t-on appris de même source. Le défenseur de la démocratie a été placé en liberté conditionnelle et hospitalisé après plus de huit années de détention pour "subversion". Deux médecins occidentaux, un Américain et un Allemand, qui se sont rendus au chevet du lauréat 2010 du Nobel de la paix, avaient assuré dimanche qu'il était possible de le transférer à l'étranger pour qu'il y soit soigné. (Belga)

Nos partenaires